France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Nicolas LIGNON le 18/04/2009
 
Alonso : « Je ne pouvais pas me louper »

Alonso : « Je ne pouvais pas me louper »

Fernando Alonso, qui partira deuxième sur la grille de départ avec une Renault dont les modifications techniques semblent porter leurs fruits, revient sur les qualifications d'aujourd'hui


Fernando, quel regard portez-vous sur les qualifications d'aujourd'hui ?
« Notre week-end est jusqu'à présent... comment dire... bizarre. Ce matin, la voiture était presque entièrement nouvelle pour nous et, après trois tours lancés bouclés en essais libres, il a fallu se jeter dans le grand bain de la qualification. Nous étions aveugles, nous ne savions pas comment la R29 allait se comporter. A présent, je suis ravi du résultat, qui est une belle récompense pour toute l'équipe : à Enstone, on a travaillé 24h/24 pendant plusieurs semaines afin de produire les nouvelles pièces à temps. »

Avez-vous pensé à cela au moment de vous élancer ?
« Ce que je me suis dit, c'est que je ne pouvais pas me louper. Le diffuseur était là, il avait été conçu, produit, acheminé et greffé sur la voiture. Je me devais de produire une belle performance. Interdiction totale de commettre une erreur. Cette deuxième place est le résultat d'un vrai travail d'équipe. »



Fernando Alonso, Sebastian Vettel et Mark Webber lors de la conférence de presse officielle des qualifications du Grand Prix de Chine


Qu'a changé ce diffuseur, en terme d'équilibre ?
« Les premières courses n'étaient pas un désastre. La voiture était OK, mais pas assez rapide. En la rendant plus compétitive de deux à trois dixièmes de seconde au tour, il est possible de gagner 8 ou 9 places. C'est ce qui rend cette saison très intéressante : la moindre évolution peut faire une grosse différence et nous l'avons démontré aujourd'hui. L'équipe a amélioré la voiture et, immédiatement, nous sommes aux avants postes. Bien sûr, il faut toujours prendre en compte la charge de carburant, mais nous sommes arrivés confortablement en Q3 et cela ne nous était pas arrivé depuis longtemps. »

Pourquoi n'utilisez-vous pas le KERS ce week-end ?
« Nous savions que les avantages du système dépendraient beaucoup du profil du circuit utilisé. Ici, c'était l'occasion d'en avoir le cœur net. Nous avons donc décidé de tenter l'expérience. Et puis, nous avons connu quelques soucis en Malaisie avec la pluie. De l'eau s'est introduite dans le système et cela n'était pas idéal en termes de sécurité. »

Enfin, quel est votre sentiment sur la manière dont peuvent se passer les semaines à venir ?
« Il va nous falloir un peu de temps pour tirer 100% de la voiture dont nous disposons en ce moment. Nous apportons beaucoup d'évolutions à chaque course et il va nous falloir les apprivoiser. Je pense, cela dit, que nous allons dans la bonne direction. Les résultats s'améliorent et cela va continuer. Il est temps, maintenant, de travailler encore plus dur et de refaire notre retard sur les plus rapides. »
 

Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault


Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |