France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Sébastien DUBOZ le 19/05/2008
 
RF1 présente le GP de Monaco

RF1 présente le GP de Monaco

ING Renault F1 Team présente la sixième épreuve du championnat du monde de Formule 1 2008, le Grand Prix de Monaco.


Fernando, vous avez confirmé en Turquie les progrès pressentis lors du Grand Prix d’Espagne. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Je suis content, vraiment. Nous avons montré en Turquie que les progrès dont nous avions fait preuve en Espagne n’étaient pas qu’une simple coïncidence. Nous avions besoin de confirmer et c’est ce que nous avons fait à Istanbul. Je décroche trois points, aidé il est vrai par le problème dont Heikki a souffert en début de course mais ce sont trois points importants et surtout la preuve que nous sommes désormais en train de progresser et de revenir. Il y a encore beaucoup à faire pour pouvoir se battre aux avant-postes mais la tendance est là et nous sommes plus que jamais déterminés à y arriver !

Fernando Alonso

Deux victoires à Monaco lors des deux dernières éditions, c’est sans doute pour vous très spécial de courir en Principauté ?
Oui, c’est un circuit très atypique du calendrier et j’y ai de très bons souvenirs car gagner à Monaco, c’est quelque chose de très spécial pour un pilote ! C’est un rendez-vous que j’apprécie car l’ambiance est très particulière et le fait de rouler en ville est très excitant. Vous n’avez pas le droit à l’erreur et cette année, la course promet une fois encore d’être très intéressante.

Pensez-vous que les progrès enregistrés depuis maintenant deux courses, vous permettent de défendre vos chances à Monaco ?
Nous avons progressé mais nous sommes encore derrière Ferrari, McLaren et BMW. Si Monaco est un circuit où tout peut arriver et où le pilote peut vraiment faire la différence, une bonne voiture sera toujours un avantage et facilitera les choses. Nous essaierons malgré tout de tirer notre épingle du jeu et de saisir la moindre opportunité qui se présentera. A la régulière, nous nous battons aujourd’hui pour la septième place mais nous avons vu à Istanbul qu’il est possible de faire mieux si un des favoris a un problème. Il faudra donc être prêt et affûté !

Quel domaine nécessitera une attention particulière dans la mise au point de votre monoplace ?
Le circuit de Monaco de par ses enchaînements techniques nécessite une bonne motricité pour pouvoir bien se relancer en sortie de virage et ainsi pouvoir éventuellement défendre sa position ou doubler un concurrent. Ce n’est pas le point fort de notre R28 pour le moment, même si nous avons progressé, alors je pense que nous y porterons une attention toute particulière dès les premiers roulages jeudi.

Nelson Piquet

Nelson Piquet : « Je garderai la même approche : essayer de faire le meilleur travail possible pour l’équipe »

Nelson, vous approchez du tiers de votre première saison. Comment vous sentez-vous et comment décririez-vous vos débuts dans la catégorie reine jusque là ?
Cela n’a pas été un début facile, c’est le moins que je puisse dire. J’ai commis quelques erreurs, j’ai parfois manqué un peu de chance et ce n’est probablement pas comme cela que j’avais imaginé mes premiers Grand Prix en Formule 1. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que j’ai beaucoup appris, j’ai tiré les leçons qui s’imposaient, ce qui, je l’espère, me permettra de devenir un meilleur pilote pour la suite de la saison.

Monaco est sans aucun doute le rendez-vous le plus glamour du calendrier et un circuit très atypique. Appréciez-vous généralement les circuits en ville ?
Oui, même si les courses en ville sont un peu toujours une loterie. Les qualifications sont toujours importantes, à Monaco sans doute encore plus qu’ailleurs car les rues sont très étroites et il est presque impossible de dépasser. Ensuite, en course, il faut avoir la meilleure stratégie et ne pas rester coincé dans le trafic. Bien entendu, comme n’importe quel autre circuit en ville, il faut être très régulier car les murs sont toujours trop près et la moindre erreur est toujours sévèrement punie !

Est-ce pour vous un peu spécial de courir à Monaco dans la mesure où vous avez vécu tout près de la Principauté étant enfant ?
L’atmosphère à Monaco est incroyable, j’ai vécu ici plus jeune ; c’est donc un endroit que je connais très bien. C’est sans doute un peu spécial d’y retourner en tant que pilote de Formule1 même si ce ne sera jamais mon Grand Prix national. J’ai couru ici en GP2, je connais le circuit. Ce sera sans doute très différent au volant d’une F1 mais je suis impatient de voir ça !

Si on considère les récents progrès dont l’équipe a fait preuve depuis Barcelone, que pouvez-vous raisonnablement attendre de ce Grand Prix ? Comment allez-vous aborder cette course ?
Je l’aborderai comme toutes les autres en essayant de faire le meilleur travail possible pour l’équipe. Ce serait super si je pouvais marquer quelques points, ce sera mon objectif. Je vais donc devoir bien me qualifier, idéalement dans le Top 10, et faire une course régulière.

 

Bob Bell : « Notre objectif est de revenir sur le groupe de leaders »

Bob Bell

Bob, l’équipe a fait un véritable pas en avant lors des deux dernières courses en marquant des points précieux en Turquie. Est-ce important de voir enfin les résultats de tous les efforts que l’équipe a fournis ?
Je suis très fier de l’équipe et des efforts que tous ont su déployer. C’est très gratifiant de voir que nous avons effectivement progressé. Côté coulisses, chacun travail très dur et cela finit par payer, ce qui est très important pour nous tous, je pense.

Fernando a fait une très belle course en Turquie. Quel impact a-t-elle eu sur le moral des troupes ?
C’est très important pour le moral des membres de l’équipe mais nous restons lucides dans la mesure de notre progression. Nous avions été clairs dans notre volonté de vouloir progresser d’ici les premiers Grand Prix européens mais nous restions réalistes, nous savions qu’il ne serait pas possible de rivaliser avec les trois équipes de pointe du moment. Il s’agissait de s’inscrire en tant que quatrième force du plateau et chacun s’était donc fixé cet objectif. C’est donc toujours très satisfaisant d’y arriver et c’est très motivant pour nous tous pour la suite de la saison.

Etes-vous maintenant convaincus d’être la quatrième équipe du plateau ?
Oui, je pense que c’est une appréciation honnête de la situation et nous souhaitons maintenant consolider notre position à Monaco. Mais aux vues des dernières courses, notre objectif est de revenir toujours plus près du groupe leader. Les récents progrès étaient juste une première étape qui devrait en appeler d’autres tout au long de la saison.

Nelson a maintenant disputé cinq Grand Prix. Comment prend-il ses marques dans l’équipe course ?
Il s’est rapidement acclimaté dans sa façon de travailler avec l’équipe et il s’entend très bien avec tout le monde. Il ne faut pas oublier qu’il est rookie et qu’il a beaucoup à apprendre. La Formule 1 demande du temps pour y trouver ses marques. Sur les circuits qu’il connaît bien comme c’était le cas à Barcelone par exemple, il est capable de faire un travail remarquable mais c’est plus difficile sur les tracés qu’il découvre. Sa course en Turquie a été compromise par des qualifications décevantes mais je suis convaincu qu’il pourra rebondir à Monaco. Il est jeune, pleinement capable et il apprend de ses erreurs. Je m’attends à le voir beaucoup progresser au fil de la saison.

Que pouvez-vous nous dire du programme de développement de la R28 ? Des nouveautés pour Monaco ?
Nous développons généralement un package spécialement pour le Grand Prix de Monaco car c’est un circuit très atypique. C’est un circuit qui exige des appuis très élevés, il faut également ajuster l’angle de braquage et nous retenons généralement un set up très particulier pour faire face à tous les types d’exigences de ce tracé. A cela s’ajoute aussi des évolutions conçues en vue des courses à venir ce qui devrait nous faire progresser encore un peu.

Quels sont les défis du Grand Prix de Monaco ?
C’est un circuit très difficile où il est donc très aisé de partir à la faute. L’expérience sur un tel tracé est déterminante. Il y a généralement de nombreux incidents en course ce qui réduit encore davantage la marge d’erreurs des pilotes et l’absence d’assistance au pilotage cette saison risque d’en piéger plus d’un ! Je pense que Fernando saura tirer son épingle du jeu car il est très à l’aise sur ce tracé, il saura donc exploiter la voiture au maximum de son potentiel actuel.

Quelles sont les attentes de l’équipe pour ce nouveau Grand Prix ? Conviendra-t-il selon vous à la R28 ?
Je pense que nous pouvons faire une belle course à Monaco. Cela devrait convenir à la voiture et je pense que Fernando et Nelson sauront tous d’eux exploiter leur monoplace à son maximum. Grâce aux évolutions que nous avons apportées à la R28, nous abordons cette course relativement sereinement.





 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur | codespromofr |