France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Nicolas LIGNON (d'après Renaul le 31/03/2008
 
GP de Bahreïn : Interview de Pat Symonds

GP de Bahreïn : Interview de Pat Symonds

Pour cette troisième épreuve du championnat du monde 2008 à Bahreïn, Pat Symonds, directeur exécutif de l'Ingénierie de Renault F1 Team, est revenu sur la dernière course en Malaisie et a donné son avis sur l’épreuve de ce week-end à Sakhir.


Pat, où pensez-vous que l’équipe se situe aujourd’hui ?
« Je ne pense pas que nous ayons beaucoup appris de ce point de vue lors de la première course et ce n’est pas étonnant car Melbourne est toujours une course atypique. Mais en Malaisie, nous avons eu une course plus ordinaire et je crois que notre position dans le peloton a commencé à se dessiner. En Australie, nous pensions que McLaren avait nettement l’avantage mais en Malaisie, nous avons pu constater que Ferrari avait la main. C’est donc un peu la même situation que l’an dernier avec des résultats qui varient pour les équipes d’un circuit à l’autre en fonction des forces et des faiblesses des différentes monoplaces. Derrière ces voitures, il y a un groupe d’équipes dont les performances sont très similaires mais je crois que BMW, Toyota et peut être même Williams sont un peu en avance sur nous et par conséquent, il y a beaucoup à faire ! »

Quels sont les points positifs que vous pouvez retenir des deux premières courses ?
« Il y a beaucoup de choses positives dont nous pouvons être satisfaits. Nous avons fait preuve d’un bon niveau de fiabilité dans ces courses d’ouverture. Nelson n’a pas terminé en Australie mais en raison d’un problème électronique et rien de plus, la voiture se comportait raisonnablement bien. Je crois que le gros point positif du début de saison de Nelson réside dans le fait qu’il a su surmonter sa déception de Melbourne et qu’il a rebondi dès son deuxième Grand Prix. Je pense aussi que nous pouvons nous réjouir de voir les efforts que réalise Fernando et la façon dont il s’est battu à Melbourne pour aller chercher cette quatrième place. C’est tout lui et il nous a prouvé qu’il ne fallait jamais abandonner. »

L’équipe a-t-elle identifié les domaines dans lesquels elle devait se concentrer pour améliorer son niveau de performance ?
« C’est sans doute l’aérodynamisme qui permet de faire les gains les plus significatifs. Mais la situation est cependant très différente de celle de l’an passé et c’est un point sur lequel je tiens à insister. L’an dernier, les performances aérodynamiques de notre voiture n’étaient pas celles que nous attendions, principalement car nous avions un problème de corrélation entre les données de notre soufflerie et celles enregistrées en piste. Cette année, la corrélation est juste et c’est simplement que notre niveau de performance n’est pas encore au niveau que nous espérions - sans doute car nous traînons toujours notre retard de l’an passé quand nous avons dû régler ces problèmes de corrélation. Cela nous a pris beaucoup de temps et nous avons depuis travaillé sans relâche pour débuter le projet 2008 au plus tôt mais clairement, nous n’avons pas encore réussi à rattraper ce qu’il nous manquait. Nous devons donc redoubler d’efforts dans ce domaine bien spécifique et nous concentrer pour améliorer les performances aérodynamiques de notre monoplace. »

En ce qui concerne les pilotes, comment jugez-vous les performances de Fernando ?
« Fernando est un vrai catalyseur pour l’équipe, il a une vraie compréhension de la course, des stratégies et de tout l’univers de la Formule 1. Il aborde les choses toujours très calmement et c’est quelque chose que j’apprécie car je pense que cela déteint sur toute l’équipe. J’essaie toujours d’opérer dans le calme car je crois tout simplement que les choses se déroulent toujours mieux dans ces conditions et c’est formidable d’avoir un pilote capable d’y contribuer. L’autre gros point fort de Fernando est sa capacité de par ses résultats à motiver les membres de l’écurie, il n’a pas d’efforts particuliers à faire, ses résultats et ses efforts parlent d’eux-mêmes et sont de vrais catalyseurs pour nous tous. Tout le monde sait que Fernando se donnera toujours à 100 % peu importe les circonstances ou la place pour laquelle il se battra, cela a un véritable effet sur l’équipe et l’implication de chacun. »

Nelson a connu un week-end beaucoup plus positif à Sepang et a ainsi pu parfaire son apprentissage. Qu’attend de lui l’équipe à Bahreïn ?
« Je crois que Nelson a fait un week-end exemplaire à Sepang et qu’il a vraiment progressé après l’Australie où il avait eu beaucoup de problèmes dont il n’était pas responsable. Il a fait preuve d’une grande force à Sepang pour rebondir après un week-end aussi difficile. En ce qui concerne ce que l’on peut raisonnablement attendre de lui à Sakhir, c’est surtout de poursuivre son apprentissage après sa course en Malaisie et de faire preuve une nouvelle fois d’un solide niveau de performance. Nelson connaît déjà ce circuit pour y avoir tourné trois jours avec l’équipe l’an passé et cela sera sans doute un vrai plus car il n’aura pas à découvrir ce tracé. Il pourra donc attaquer avec un programme de travail ordinaire ce qui lui permettra d’apprendre à exploiter ses pneus davantage et de se concentrer sur le déroulement de son week-end. »

Comment pensez-vous que la R28 se comportera sur le circuit de Sakhir ce week-end ?
« Je crois que la Malaisie était une course plutôt traditionnelle où à l’exception de Williams, toutes les équipes ont pu exprimer leur vrai potentiel et je ne pense pas que les conditions à Sakhir seront suffisamment différentes pour remettre en cause la hiérarchie qui a semblé s’établir. Nous ferons partie de ce même groupe d’équipes et, peut-être prendrons nous l’ascendant sur d'autres écuries qui en font partie. Nous avions réussi à être dans ce peloton de poursuivants en Malaisie, il faudra que ce soit le cas encore à Bahreïn, ce qui revient à dire que nous viserons les points et que ce serait bien d’avoir nos deux pilotes en Q3. Nous savons que ce ne sera pas facile en raison du niveau de la concurrence à l’heure actuelle. »

Comment est l’ambiance dans l’équipe en ce moment ?
« Je ne prétendrais pas que nous sommes heureux mais de manière générale, je crois surtout que nous sommes très déterminés. Nous espérions offrir à Fernando une voiture capable de remporter des courses mais ce n’est pas le cas. Tout le monde dans l’équipe est déterminé à ne pas revivre une saison comme 2007, surtout après avoir remporté deux titres en 2005 et 2006. Nous souhaitons donc revenir au plus vite au meilleur niveau et ne pas nous contenter d’autre chose ! »



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |