France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 

Par Nicolas LIGNON le 08/12/2007
 
2008 : L'équipe d'essais vu par C. Silk

2008 : L'équipe d'essais vu par C. Silk

En charge de l’équipe d’essais depuis plusieurs années chez Renault F1 Team, Christian Silk évoque les enjeux de l’hiver : chaque séance disputée permettra de préparer 2008 encore un peu mieux…


Christian, l’équipe mène une séance d’essais cette semaine à Jerez et le travail semble ne pas manquer !
"C’est vrai. Il y a énormément de choses à préparer en vue de la saison prochaine. Pour le moment, l’essentiel est de gérer l’arrivée du boîtier électronique unique, ainsi que la fin de l’antipatinage et de l’EBS (Engine Braking System). Nous devons apprendre à gérer toutes ces nouveautés. De plus, nous n’avons pas été compétitifs en 2007 et nous tenons à revenir au premier plan. Nous avons donc énormément de travail."

Quelle est l’ampleur de la tâche dans le domaine électronique ?
"Tout, absolument tout, est nouveau pour l’équipe, les procédures comme les méthodes d’acquisition et d’analyse. Il faut donc nous familiariser avec ce système et arriver à Melbourne avec une connaissance parfaite de ses moindres détails. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de monde dans le garage sur ces premières séances hivernales."

Le fait de disposer de la R27, l’une des monoplaces les plus fiables de la saison dernière, doit être un avantage…
"C’est certain. Cette fiabilité est très importante pour nous. Elle permet de boucler les journées d’essais sans connaître de problème technique. Nous pouvons donc généralement réaliser l’intégralité de nos programmes, assimiler les nouveautés, travailler sur les réglages qui accompagnent la fin de l’antipatinage, etc."

Comment est conçu ce programme quotidien, justement ?
"Nous essayons, dans la mesure du possible, d’avancer sur plusieurs domaines en parallèle. Ainsi, lors de la séance précédente à Barcelone, nous cherchions avant tout à vérifier la fiabilité de la voiture avec le nouveau boîtier électronique. Mais pendant ce temps, le pilote pouvait commencer à comprendre l’équilibre de la voiture dans ces conditions et travailler sur les réglages. Nous essayons de maximiser le temps à notre disposition. Nous connaissons exactement le travail à effectuer chaque jour. Il faut néanmoins se ménager des solutions de repli. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une interruption de séance consécutive à une sortie de piste ou d’un problème mécanique majeur. Il faut parfois jongler avec les priorités !"

Vous occupez la piste avec d’autres concurrents. Faites-vous généralement attention à leur programme, ou vous êtes-vous concentrés uniquement sur le vôtre ?
"Nous observons en permanence ce que fait la concurrence. Combien de tours sont effectués, en pneumatiques usés ou neufs, etc… Cela fait partie aussi de notre travail en essais. Cependant, les chronos bruts sont presque impossibles à analyser pendant l’intersaison. Untel est rapide à Valence, untel est devant à Barcelone… Ce n’est pas là-dessus qu’il faut s’attarder."

La R28 aura certainement moins de points communs avec la R27 que cette dernière avec la R26. Parvenez-vous néanmoins à tirer des enseignements qui seront utiles à la prochaine voiture ?
"Bien sûr. Nous pouvons, par exemple, débarrasser le système électronique de tous les bugs éventuels et le comprendre à 100%. Cela nous permettra de ne pas perdre de temps à l’arrivée de la R28. De plus, certaines pièces de la prochaine monoplace arrivent peu à peu et, lorsque cela est possible, elles sont greffées sur la voiture actuelle. Cela dit, la R28 promet d’être différente dans bien des domaines et il nous sera impossible de transposer toutes les nouveautés."

Enfin, n’est-il pas trop frustrant, parfois, de rouler sans la fièvre des week-ends de course ?
"L’attention des fans se focalise sur la course, mais tout ce qui s’y passe dépend de nos essais. L’équipe de tests développe la monoplace, mais elle applique également de nouvelles méthodologies qui bénéficient par la suite à toute l’usine. Sa charge de travail est énorme, notamment au moment du lancement d’une nouvelle voiture. Avec l’arrivée de la R28, le travail ne manquera pas : notre compétitivité à Melbourne dépendra notamment de notre efficacité en essais cet hiver."

D'après Renault F1 Team

Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |