France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
GP d'Italie: Tout commence aujourd'hui

GP d'Italie: Tout commence aujourd'hui

Rémi Taffin, l'ingénieur moteur de Heikki Kovalainen, puis les deux pilotes de l'équipes Renault répondent à quelques questions avant d'aborder, aujourd'hui, les premiers essais du Grand Prix d'Italie.


Monza est le circuit le plus rapide du calendrier et c'est un véritable défi pour les motoristes. La fiabilité doit être très bonne si l'équipe veut voir ses deux monoplaces à l'arrivée. Rémi Taffin, l'ingénieur moteur d'Heikki Kovalainen, nous fait part de ses impressions avant d'entamer cette 13ème épreuve :

En quoi Monza est-il si différent ?
Rémi Taffin : C’est un vrai circuit moteur, voilà la grosse différence. On l’utilise plus que sur tout autre circuit du championnat du monde. Le V8 est à pleine charge 77% du temps sur sur un tour. Je dirais même que Monza est 50% plus exigeant que tout autre tracé. C’est d’ailleurs pour cela que la configuration Monza est toujours celle utilisée pour valider les moteurs au banc à l’usine. Avec un panachage de Spa, qui est l’autre circuit compliqué pour nous. Donc la doublette Monza/Spa est le gros morceau de l’année.

Le fait que les V8 soient, en 2007, limités à 19 000 tours minutes rend-il votre tâche plus facile ?
RT :
Dans l’absolu, oui, cela nous aide. Un V8 2007 est très largement dérivé de celui de 2006, avec 1000 tours moteur en moins. Mais il ne faut pas oublier que beaucoup de pièces du moteur ne sont pas sensibles qu’au régime, mais à d’autres facteurs. Donc la fiabilité reste une préoccupation.

Peut-on encore faire autant la différence à Monza avec son moteur ?
RT : Pas sur le régime maximal. Là, oui, cela s’est homogénéisé. Mais là encore, il ne faut pas se focaliser que sur ce facteur. Un moteur plus puissant fera encore la différence. Sa plage d’utilisation va entrer en compte.

Auteur de prestations solides ces derniers temps, Heikki Kovalainen attaque ce rendez-vous Italien avec confiance. Le tracé de Monza lui plait et ces derniers essais effectués sur ce circuit il y a une semaine se sont avérés positif. C'est pourquoi l'optimisme règne chez Heikki Kovalainen malgré le fait que Renault ait interrompu le développement de la R27 cette saison.

Il y a un an, ici même, Renault vous annonçait officiellement comme pilote de course pour la saison 2007. Un bon souvenir, je suppose ?
Heikki Kovalainen : Oui, mais en même temps, je n’y avais pas pensé avant que vous m’en parliez. En plus, je le savais un peu avant vous. (Il rit). C’est vrai qu’en un sens, c’est à Monza que je suis vraiment entré en jeu.

En Turquie, Renault annonçait que le développement de la R26 était interrompu au profit de la préparation de 2008. Or cela a été une de vos plus solides performances de l’année. Etonnant, non ?
HK : Non. C’est juste que le circuit convenait vraiment bien à notre voiture et à nos réglages. Et puis nous n’avons jamais dit que nous nous  arrêtions de travailler cette année. Il y a eu beaucoup de travail pendant les trois semaines de trêve estivale. On continue de mieux comprendre le nouvel aileron avant introduit deux courses avant.

Comment se sont passés les essais d’avant Monza ? La configuration faible appui, faible traînée convient-elle à la Renault ?
HK :
Les essais sont bien passés. Surtout pour moi car j’ai conduit la seule journée où la pluie nous a laissé tranquille. J’ai travaillé sur les réglages en vue de ce week-end. J’étais content de la voiture. Maintenant, on sait très bien que des essais ne sont que des essais. Et que tout commence vraiment demain. Il faudra s’adapter aux conditions.

Le pilote Italien Giancarlo Fisichella, invité en conférence de presse FIA hier, nous donne ses impressions avant le début de son Grand Prix National...

Il y a deux ans, vous montiez sur le podium, ici à Monza. Un des grands moments de votre carrière ?
Giancarlo Fisichella : Oui, Monza m’a toujours bien réussi. En 1997, j’ai fini quatrième après m’être qualifié troisième. J’avais enfin une bonne Formule 1 entre les mains et j’ai prouvé mon talent. En 2005, j’ai connu un grand moment avec ce podium devant les Tifosis, pour mon grand prix national. J’aimerais tellement rééditer cet exploit cette année, mais soyons réaliste, je pense que ce sera difficile.

Qu’espérez-vous ce week-end ?
GF : Marquer quelques points. Je pense que la R27 marche plutôt mieux en configuration appui faible. En plus, j’adore vraiment Monza et j’ai un bon feeling sur ce circuit. Donc je suis optimiste.

Y aura-t-il une annonce ce week-end concernant votre avenir ?
GF : Peut-être. Soit ici soit à Spa. Je rêve de rester encore une année de plus dans l’équipe Renault. J’attends une confirmation. En 2007, nous pensions nous battre pour le championnat du monde, mais malheureusement, tout a été beaucoup plus difficile que prévu. Mais j’ai toujours donné le meilleur de moi-même.

D’après Renault F1 Team

Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |