France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Loic FERRIERE le 15/03/2013
 
Présentation RF1 Saisons 2013 et 2014

Présentation RF1 Saisons 2013 et 2014

A deux jours du premier Grand Prix 2013 et à l'aube d'une révolution technologique majeure pour la saison 2014, Renault F1 nous a convié dans les locaux de Viry-Chatillon en région parisienne pour nous présenter ses plans pour le futur.


2013 : le chant du cygne du V8

Depuis 2006, les amateurs de F1 se sont habitués aux vocalises des V8 2.4l qui équipent le plateau du championnat du monde FIA. Malheureusement, cette génération de moteurs atmosphérique vit sa dernière saison, le règlement 2014 imposant un saut technologique considérable.

Pour Renault F1, ces années se sont montrées particulièrement fastes : 128 courses disputées, 48 pole positions, 46 victoires, 4 titres Pilotes et 4 titres Constructeurs.

Pour cette dernière année de présence des V8, la réglementation est restée strictement identique. La marge de manœuvre des motoristes est donc quasi nulle, à part sur l'intégration des échappements à effet Coanda.

Renault F1 va donc continuer à capitaliser sur les trois points forts de son moteur RS27 :
- compacité
- consommation réduite
- températures de fonctionnement élevées, permettant de minimiser les besoins en refroidissement

Les caractéristiques techniques sont inchangées depuis l'année dernière :
- moteur V8 de 2.4l
- régime maxi limité à 18.000tr/mn
- puissance supérieure à 750ch (+ 80ch pendant 6 secondes par tour avec le SREC)
- 95kg
- 8 moteurs par pilote et par saison

Comme l'année dernière, Renault F1 va fournir quatre écuries : Infiniti Red Bull Racing, Lotus F1, Williams F1 et Caterham F1.


2014 : la révolution V6 Turbo électrifié
Pour la saison 2014, la réglementation moteur passe à la mode du downsizing, afin d'économiser 40% sur la consommation de carburant. Exit donc les V8 2.4l atmosphériques, la cylindrée des moteurs est réduite de 33% en passant au V6 1.6l turbocompressé à injection directe.

Les nostalgiques des folles années turbo des années 80, où les moteurs atteignaient des puissances de l'ordre de 1500ch en configuration "qualification" vont vite déchanter. La puissance estimée des nouveaux blocs devrait tourner autour de 550-600ch seulement.

Cette perte de puissance est largement compensée par le double système de récupération d'énergie, permettant d'augmenter la puissance de 160 chevaux pendant une grande partie d'un tour de circuit.

Aujourd'hui, le système SREC (Système de Récupération de l'Energie Cinétique) permet de récupérer une partie de l'énergie cinétique d'une Formule 1 lors des phases de freinage. Cette énergie est emmagasinée dans un volant d'inertie ou dans une batterie et peut servir à augmenter la puissance du véhicule de 80 chevaux pendant 6,67 secondes par tour.

Avec la réglementation 2014, le système de récupération d'énergie se dédouble, puisqu'il récupère à la fois l'énergie cinétique du véhicule (ERS-K) et l'énergie thermique des gaz d'échappement (ERS-H).

L'ERS-K répond au même principe que le SREC actuel, mais avec une puissance deux fois supérieure et la possibilité de restituer 160ch pendant 34 secondes par tour. La seule limitation vient de la puissance de rechargement des batteries, puisqu'il faut deux tours complets pour recharger complètement les batteries.

L'ERS-H est totalement nouveau en Formule 1. L'énergie est récupérée grâce à un moteur-générateur connecté au turbo et peut être réutilisée pour entrainer le moteur électrique de l'ERS-K pendant une durée illimitée ou pour relancer le turbocompresseur sans temps de latence.

Pour les pilotes de Formule 1, la bonne gestion des différents systèmes de récupération d'énergie se révélera encore plus importante que par le passé.

Pour corser encore la difficulté, tous ces changements se feront dans le cadre d'une fiabilité encore accrue, puisque seuls 5 changements de moteurs seront autorisés en 2014 (4 en 2015). Le régime maxi des moteurs sera diminué à 15.000tr/mn.

Renault Power Unit V6 1.6

Chez Renault F1, le travail de développement sur ce nouveau moteur a commencé dès 2010.
Aujourd'hui, le moteur existe déjà sous forme d'un démonstrateur technologique, que nous avons eu la chance de voir tourner sur banc à Viry-Chatillon.
Demain, Renault commencera le développement du moteur définitif pour la saison 2014.


Quels impacts sur les Renault de série ?
La tradition veut que la Formule 1 d'aujourd'hui serve de laboratoire d'essai pour les technologies de grande série de demain.

Chez Renault, c'est toute la gamme des moteurs Energy (essence et diesel) qui profite des apports de la Formule 1 en terme de downsizing, utilisation de matériaux légers pour réduire le poids des pièces mobiles, réduction des frottements, architecture de refroidissement.

Pour faciliter les transferts de technologie, les ingénieurs de Renault F1 vont travailler sur les moteurs de grande série, et vice-versa. Ainsi, les nouveaux moteurs essence 0.9 TCE et 1.2 TCE ont été supervisés par un ingénieur issue de Renault F1, qui est retourné travailler sur le downsizing du moteur V6 Turbo 2014.

De même, les moteurs électriques des Twizy et Zoé sont passés entre les mains expertes de ingénieurs de Viry-Chatillon.

Et demain, il n'est pas impossible que des systèmes de récupération d'énergie sophistiqués issus de la F1 servent à réduire encore plus les consommations et émissions de CO² des véhicules de série.



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |