France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Nicolas Chaze le 23/03/2011
 
Lotus-Renault: Bilan de l'intersaison

Lotus-Renault: Bilan de l'intersaison

"Tout est à réécrire" ! Telle pourrait être la devise symbolisant le Renault F1 team. Changement de nom, de propriétaire, de sponsors, de couleur, et moments tragiques. Le Renault F1 team s’est réinventé en Lotus Renault GP (LRGP)...


L’hiver 2010/2011 n’a pas été de tout repos pour l’équipe Renault F1 team. Apres avoir fini sur de bons espoirs en fin de saison, l’équipe a été chamboulé avec la vente des dernières parts de Renault à Genii Capital, nouveau propriétaire du site d’Enstone. Cette vente a provoqué, selon les rumeurs, la colère des sponsors dont le pétrolier Total, partenaire historique de Renault grâce à la marque Elf, qui n’a pas été prévenu des intentions du conseil d’administration de Carlos Ghosn. Renault s’est recentré sur son activité de motoriste en créant une nouvelle structure : Renault Sport F1. Propriétaire à 100% d’Enstone, Genii Capital a alors passé un contrat de sponsoring sur plusieurs années avec la société Lotus Cars, filiale du géant malais Proton.

Afin de maximiser son investissement, Genii Capital a décidé de capitaliser sur le nom de Lotus en renommant l’équipe au nom de son sponsor principal : Lotus Renault GP en lieu et place du nom Renault F1 team qui faisait fuir les sponsors, à cause du Crashgate initié par Flavio Briatore, et Pat Symonds. L’équipe a, alors mis au placard les couleurs jaunes et noirs, pour finalement adopter les célèbres couleurs des Lotus noires et or sponsorisées par une marque de Tabac (JPS) dans les années 80.

L’équipe passe alors sous pavillon britannique. Enstone se retrouva dans une position inattendue, celle d’être en concurrence avec la récente équipe Lotus Racing Cosworth qui a signé en cette fin d’année un contrat avec Renault Sport pour la fourniture de Moteurs (et avec Redbull Renault pour la transmission). Il y a aura donc en 2011 quatre Lotus Renault sur la grille de départ…


 Un nouveau concept « agressif et innovateur » selon James Allison :
La Lotus Renault GP est présentée à la presse le 31 Janvier 2011 en présence des pilotes de courses : Vitaly Petrov et Robert Kubica, ainsi que des pilotes d’essais Bruno Senna, Romain Grosjean, Fairuz Fanzy, Ho-pin Tung, Jan Charouz. L’écurie avait commencé le travail de la R31 avant que la R30 de 2010 ne pose ses roues sur la piste. Celle-ci est novatrice sur plusieurs points.

Les observateurs présents ce jour la trouvent fines, présentant un aileron avant très travaillé, ainsi qu’un nez haut, et large en forme de « V » à la Red Bull CDM 2010, qui se profile jusqu’au cockpit. Les pontons sont massifs, travaillés et plongent sur l’arrière tres serré de la voiture. L’aileron de requin n’est plus présent, car le règlement 2011 interdit tout contact entre la carrosserie et l’aileron arrière. La voiture a été allongée pour permettre l’installation du système KERS qui fait son retour. Celui-ci est refroidi grâce à une entrée surplombant la prise d’air moteur.

Là ou se trouve l’innovation, ce sont sur les échappements, non présents à l’arrière de la monoplace. Le secret aura tenu peu de temps avant d’être découvert. Les concepteurs d’Enstone ont décidé de faire sortir les échappements de la monoplace devant les pontons. Ce système d’échappement construit autour de la monoplace permet de créer un effet de sol, à la manière des anciennes jupes utilisés dans les années 80. Ce système doit permettre de créer de l’adhérence en toutes situations.

Celui-ci est sensé être plus performant que le diffuseur double inventé par Brawn GP en 2009 ou le diffuseur soufflé de Red Bull en 2010. L’équipe a de grands espoirs dans cette monoplace, et en son pilote vedette Robert Kubica. La R31 doit prendre la piste le lendemain sur le circuit de Valence.

Les essais
Les essais ont été regroupés sous 4 sessions de plusieurs jours sur les pistes de Valence, Jerez, et enfin Barcelone qui a accueilli deux sessions de tests après l’annulation du Grand Prix de Bahreïn.
Les premiers jours, Vitaly Petrov et Robert Kubica procèdent au déverminage de la monoplace. Elle rencontre quelques soucis de fiabilités mais les journées ont servi exclusivement à la vérification des systèmes embarqués. Très vite tout s’accélère, Kubica effectue de nombreux tours pour rattraper le retard accumulé la vieille par son coéquipier. Finalement, Robert effectue le meilleur tour des essais à Barcelone en 1 :13 :144 le lendemain. Ce résultat fait naitre l’espoir chez LRGP qu’elle puisse jouer les premiers rôles cette année.

Le remplaçant de Robert Kubica, accidenté, Nick Heidfeld sera officialisé le 6 février 2011, suite à un test sur le circuit de jerez le samedi précédent ou il établira le meilleur temps de la troisième journée. M. Eric Bouiller dit de lui que "Quand il testait à Jerez, j’écoutais à la radio la manière dont il parlait aux ingénieurs. Il était à son aise. J’étais déjà à moitié convaincu ce matin là. J’ai été surpris du fait qu’il ait été capable de se positionner rapidement et si facilement comme un leader. J’aurais compris que cela aurait pu prendre quelque temps".

Malgré des qualités indéniables, la voiture n’a pas l’air fiable, cependant elle est rapide, car elle se situe régulièrement dans le top 5 du classement. Vitaly Petrov a également connu de nombreux problèmes électriques sur le KERS, ou mécaniques notamment à Barcelone durant la 3eme session. Cela se reproduira à plusieurs reprises pendant les différentes sessions, ou les pilotes seront souvent contraints à rester de longues heures au stand.

Une hiérarchie est difficile à définir, car l’inconnu concerne l’utilisation des pneus Pirelli qui s’usent très (trop ?) rapidement. Ils durent approximativement une quinzaine de tours. L’écart entre deux trains de pneumatiques peut atteindre 3 à 4 secondes. L’exploitation des pneus sera la clé de la victoire. On devine quand même que la Redbull Renault, et la Ferrari joueront sur le haut du tableau. Il faudra attendre la première course de ce weekend pour se rendre compte de la place de LRGP.

L’accident de Robert, et ses conséquences
L’accident de robert Kubica privera l’équipe de son pilote vedette pour la saison complète. Même si les différentes opérations à la main, et au bras de Kubica ont été un succès, sa rééducation sera longue et pénible, et pour le moment rien ne garantit qu’il puisse retrouver les sensations et la motricité nécessaire pour le pilotage.

Ce qui est tragique au fond pour l’équipe, c’est qu’elle se trouve un leader naturel en la personne de Robert, elle construit une voiture autour de son style de conduite, et de ses désirs. Le 1er temps au troisième jour des premiers essais laissaient augurer un avenir radieux pour l’équipe. Et tout s’écroule le dimanche 6 février à cause d’une glissière de sécurité. Il a été question aussi de la responsabilité de l’équipe de laisser courir un pilote hors de sa discipline reine, mais c’est sans oublier que les accidents arrivent et font parti de la carrière d’un pilote, M. Eric Bouiller l’a très justement évoqué lors d’une interview : « Robert [il] est comme un chat sauvage. Si vous le mettez en cage, il devient fou.
Alors pourquoi le faire ? Il aime le kart, le rallye, et la formule 1. Chacun à son point de vue sur la question. Au final, nous prenons les décisions qui nous semblent les meilleures dans l’intérêt de l’équipe et du pilote. C’est malheureux et triste qu’il soit à l’hôpital, mais avant d’en arriver là, il était le garçon le plus heureux du monde.
»

Nick Heidfeld fut choisi comme nouveau pilote, ancien coéquipier de Robert chez feue BMW Sauber. Il était le meilleur pilote disponible sur le marché. Le remplacement par Nick Heidfeld me fait réfléchir sur plusieurs points :

 

  • Même si les essais ont montré qu’il est rapide et constant, est ce qu’il va réussir à être en symbiose avec la voiture ? Va-t-il être le leader naturel de l’équipe ? Car même si c’est le cas pour Eric Bouiller, est ce que cela se vérifiera sur la piste ? L’ombre de Kubica continue de planer autour de sa place. Seul les temps sur la piste le diront…
  • Va-t-il être suffisamment motivé ? Le contrat signé par LRGP semble avoir de multiples clauses de performances et de contraintes, notamment sur le rétablissement de Robert Kubica. Savoir qu’on peut être débarqué à n’importe quel moment de la saison sans préavis doit être déstabilisant.
  • Son but est-il d’avoir la place de Petrov ? Le jeune russe a eu droit à deux excuses l’année dernière, celle d’être un rookie, et celle d’avoir des sponsors, mais cette année, si l’équipe ne marque pas assez de points, et ratent encore la quatrième place comme en 2010. Le manque à gagner en droit TV sera terrible pour le budget de l’équipe. Les sponsors sont une chose, mais le classement encore plus.

Bilan
L’accident du pilote vedette Robert Kubica a été un choc pour l’équipe, même si celle-ci s’est soudée derrière son nouveau pilote vedette. Le remplacent Nick Heidfeld, a fort à faire pour imposer une voiture innovante sur le papier, et qui a un grand potentiel de développement.

On peut avoir des doutes sur la durée concernant la motivation du pilote remplaçant et sur son équipier qui a tout à prouver cette saison. Tout fan espère de tout cœur que les LRGP tiendront les plus hautes marches du podium à Melbourne.
 



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |