France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Nicolas LIGNON le 19/06/2009
 
Présentation du GP de Grande-Bretagne

Présentation du GP de Grande-Bretagne

Renault F1 Team présente la huitième épreuve du championnat du monde de Formule 1 2009, le Grand Prix de Grande-Bretagne, à Silverstone, qui marque la mi-saison


Circuit de vitesse, plus particulièrement dans sa première partie, Silverstone comprend un des enchainements les plus fameux au monde. Réputé donc pour son rythme effréné, Silverstone est éprouvant pour les pneumatiques comme pour le moteur. Effectivement, les pilotes ne freinent à aucun moment dans toute la première partie du circuit. La vitesse moyenne en virage est de 180 km/h, mais la voiture doit également aborder une partie plus lente et plus complexe en fin de tour et s’adapter à une surface bosselée et capricieuse.


Appuis aérodynamiques
Les appuis embarqués à Silverstone sont moyens à élevés afin d’augmenter l’adhérence dans les virages rapides de la première partie du circuit. Les appuis importants sont nécessaires pour la première partie du tour, plus sinueuse, et la perte éventuelle en termes de vitesse de pointe ne devrait pas être un problème étant donné le fait que les lignes droites et zones de freinage restent relativement courtes. Cela ne devrait donc pas représenter un danger vis-à-vis de la concurrence. L’absence de gros freinage implique aussi que nous utiliserons des écopes de freins plus petites pour optimiser les performances aérodynamiques. La partie la plus rapide du circuit sont les enchaînements Maggots et Becketts (virages numéros 2 et 5), comme l’explique Fernando Alonso :

« L’enchaînement des virages rapides Maggots – Becketts au début du tour présente un réel challenge et c’est une partie du circuit où on prend plaisir à piloter. Le passage est très rapide, surtout à son entrée. Il est donc important de compter sur une voiture qui réponde bien aux changements de direction. Nous ne freinons à aucun moment dans ces virages du premier secteur, nous levons simplement le pied légèrement afin de bien garder la trajectoire. On encaisse à peu près 4G dans cette partie à vitesse élevée qui est très physique. »




 
Le circuit de Silverstone



Comportement sur les bosses
Le comportement de la voiture sur les bosses est un paramètre important à Silverstone, où maintenir un bon niveau de performance aérodynamique est primordial pour donner de l’adhérence dans les virages rapides. La surface est plutôt bosselée, notamment dans la zone de freinage du virage numéro 8 (Vale), où la surface à elle seule peut déstabiliser la voiture. De plus, dans leur recherche de la trajectoire idéale, les pilotes ont tendance à monter sur les vibreurs à la sortie des virages, ce qui amplifie l’effet bosselé de la piste.


Suspensions
Nous exploitons la voiture avec un équilibre sur l’avant, c’est-à-dire avec des suspensions plus dures à l’avant et plus souples à l’arrière. L’avant plus dur permet à la voiture d’être plus réactive dans les changements rapides de direction dans les virages rapides et lents, alors que l’arrière plus souple offre une meilleure adhérence en sortie et donc une meilleure motricité, notamment dans les virages 9, 11 et 16.


Pneumatiques
Les pneumatiques sont toujours soumis à rude épreuve sur ce circuit, notamment en raison des quelques virages à haute vitesse que compte ce tracé. Cela fait de Silverstone un des circuits du championnat les plus difficiles de la saison avec Spa et Barcelone à ce niveau. Bridgestone mettra à disposition des équipes les mélanges durs et tendres de sa gamme 2009.


Conditions ambiantes
En tant qu’ancien aérodrome, Silverstone est inévitablement exposé au vent, ce qui a un impact notable sur les performances de la voiture. Les bourrasques perturbent l’équilibre aérodynamique et rendent son comportement parfois imprévisible, notamment dans les virages rapides. Les pilotes doivent donc être capables d’évaluer la force et la direction du vent et adapter leur pilotage en conséquence.


Stratégie
La consommation de carburant est assez élevée à Silverstone et la pénalité en temps liée à la charge de carburant embarquée l’est par conséquent également. Cela signifie que les stratégies retenues pour cette course s’éloignent généralement peu de la norme, puisque deux tours supplémentaires d’essence peuvent coûter près de deux dixièmes au tour. Nous nous attendons à voir les équipes opter pour une stratégie standard à deux arrêts, avec le premier observé assez tôt pour les équipes de pointe.


Moteur
Le circuit de Silverstone demande à la dernière génération de moteur V8 un temps à pleine charge de près de 66% du tour. Malgré la réduction des appuis avec la nouvelle réglementation mise en vigueur cette année, ce pourcentage reste similaire à celui de l’an passé grâce à l’adhérence supplémentaire que procurent les pneus slicks de Bridgestone. La priorité sera de s’assurer que le moteur soit en mesure de répondre à haut régime lorsque le pilote aborde les virages rapides comme le virage à droite n°7 (Stowe).

Nelson Piquet Jr explique : « Stowe est la première partie du circuit où on pose le pied sur les freins. En fait, nous prenons le virage et freinons en même temps pour toucher le vibreur à une vitesse de 200km/h. Il est possible de dépasser dans cette partie mais comme le freinage est court, il faut avoir réussi à se positionner devant la voiture avant même le virage. »



Programme télé pour le Grand Prix de Grande-Bretagne



 
Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault


Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |