France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Nicolas LIGNON le 16/04/2009
 
Présentation du Grand Prix de Chine

Présentation du Grand Prix de Chine

ING Renault F1 Team présente la troisième épreuve du championnat du monde de Formule 1 2009, le Grand Prix de Chine


Le circuit de Shanghaï, imaginé par l’architecte Hermann Tilke, est un circuit moderne qui représente un challenge particulièrement intéressant pour les équipes et les pilotes. Peu vallonné, ce circuit offre une grande variété de virages, de petites épingles, des virages très rapides et des secteurs extrêmement exigeants. Comme la plupart des circuits modernes, le tracé est très large et ne facilite pas la recherche de la trajectoire idéale. Les infrastructures sont exceptionnelles et offrent aux équipes les meilleures conditions possibles pour préparer ce weekend de course.

 

Aérodynamique
Shanghaï compte aussi bien de longues lignes droites que des virages rapides, obligeant l’équipe à évaluer très précisément le niveau d’appuis à embarquer pour être en mesure de protéger sa position en ligne droite sans pour autant compromettre le grip de la monoplace en courbe. Les virages 7 et 8 sont très rapides et amènent aux virages à gauche 9 et 10.

Fernando explique : « On peut vraiment ressentir la force de la voiture dans les virages 7 et 8. On prend ces virages en 6ème et il y a beaucoup de grip. A la sortie du virage 8, on arrive sur la ligne droite avant d’entrer dans le virage 9 où il faut être très précis. Le virage 9 se prend en 3ème et on réeaccélère au maximum à sa sortie pour prendre le virage 10 à fond. Si cette section du circuit est bien négociée, on peut faire un bon chrono. »

 


Le circuit de Shanghaï


 

Suspensions
D’un point de vue mécanique, il sera important de trouver un compromis efficace pour donner aux pilotes pleinement confiance dans le comportement de leur monoplace. Shanghaï compte de nombreux gros freinage suivis de fortes réaccélérations, ainsi que plusieurs courbes rapides. Compte tenu du nombre important de changements de direction, il est primordial d’avoir une voiture très réactive. C’est pourquoi les équipes auront tendance à choisir des amortisseurs plus durs à l’avant qu’à l’arrière. Ce compromis permettra de garantir une bonne stabilité au freinage et lors des réaccélérations. C’est essentiel ici puisque le pilote devra souvent freiner et accélérer simultanément, notamment dans les virages 1, 2 et 8.

Pneus
Le circuit de Shanghaï est difficile pour les pneus. Les pneus avant sont très sollicités dans les virages 1 (avant gauche), 2 (avant droit) et 8 (avant gauche) mais les nombreux virages lents sont aussi très difficiles pour les pneus arrière lors de la réaccélérations. Le premier virage sollicite particulièrement les pneus car il rétréci, comme l’explique Fernando :

« Il faut beaucoup freiner dans le virage tout en gardant la voiture à la limite et perdre de la vitesse graduellement pour tourner. L’équilibre doit être assez neutre car survirer rendrait les choses difficiles dans cette première partie du circuit et on peut perdre du temps. »

Le virage 13 mérite une attention toute particulière. Une charge importante sur les pneus avants dans ce virage à 270°. Les pneus arrières subissent d’importantes charges latérales et longitudinales lors de la réaccélération.

Tout comme à Melbourne, Bridgestone apportera des pneus slicks super-tendres et medium à Shanghaï.

Moteur
Le circuit de Shanghaï n’est pas un test particulièrement sévère pour le moteur. En effet, seul 55% du tour se fait à plein régime. Par contre, il est important d’être à pleine charge sur la longue ligne droite en approchant le virage 14. Cette partie du circuit offre une bonne opportunité de dépassement, notamment pour les voitures équipées du KERS.

Nelson explique : « Le virage 14 est incontestablement le meilleur endroit pour dépasser. On sort du long virage 13 que l’on peut négocier à fond avant d’attaquer la ligne droite la plus longue du circuit où on atteint facilement plus de 300km/h. Il peut être difficile de suivre une voiture de près au virage 13 mais le KERS devrait rendre les choses plus faciles. Le freinage au virage 14 est compliqué et il faut faire attention à ne pas bloquer les roues ce qui pourrait ruiner le tour et coûter une place. »



Programme télé pour le Grand Prix de Chine


 

 

Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |