France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par Nicolas LIGNON (d'après Renault F1 Team) le 23/01/2009
 
R29 : Interview avec Pat Symonds

R29 : Interview avec Pat Symonds

Pat Symonds, directeur exécutif de l’ingénierie de Renaut F1, est également membre du Groupe de Travail sur le Dépassement. A ce titre, le Britannique estime que les nouveautés auront un impact positif, précisant que la Formule 1 doit rester un sport


Pat, quelle est la chose la plus excitante à propos de la saison 2009 ? Il y a tellement de nouveautés…
« Je pense que la première chose à dire, c’est que cette saison constitue le plus gros challenge que nous ayons eu à relever depuis très, très longtemps, alors que nous avons bénéficié d’un règlement relativement stable pendant plusieurs saisons. Bien sûr, nous sommes passés du V10 au V8 en 2006, c’était un changement appréciable, mais pas quelque chose de terriblement difficile à gérer d’un point de vue de l’ingénierie. Le contexte aérodynamique a lui aussi été stable pendant plusieurs saisons, ce qui nous a permis de tabler sur un développement à long terme, l’adoption de détails destinés à améliorer la performance. Les changements apportés à la règle dans ce secteur sont en effet restés limités, diffuseur plus petit, aileron avant plus haut…

Cette année, nous avons dû considérer un concept aérodynamique complètement différent. Les ailerons ne fonctionnent pas de la même manière, la carrosserie est frappée de nombreuses restrictions et le diffuseur est tout nouveau. Nous partons donc d’une feuille blanche. Les équipes vont devoir réapprendre où se situent les zones sensibles, où il est possible de trouver des gains, où il est possible de tutoyer la limite du règlement, et où le législateur leur interdira de penser comme ils le faisaient auparavant.

En plus de tout cela, il y a le KERS, qui est non seulement un nouveau système à intégrer, mais aussi une technologie toute nouvelle à assimiler. Personne en F1 n’a travaillé avec une puissance électrique aussi élevée par le passé. Notre expérience se limite à des moteurs électriques de pompes et autres petits systèmes. Nous n’avons jamais, non plus, travaillé avec une technologie avancée de batteries.

Ajoutons une question : comment utiliser les 60 kilowatts générés et les utiliser stratégiquement, de manière à obtenir le meilleur avantage en qualifications comme en course ? En fait, il y a beaucoup de choses à considérer… »


S’agit-il d’un des défis les plus difficiles qu’il vous ait fallu relever dans votre carrière ?
« Je pense que c’est le cas. Les changements de la saison 2009 sont plus importants que ceux de 1994, lorsque nous avons ajouté une planche aux fonds plats. Ils sont semblables à ce qui s’est passé entre 1982 et 1983, lorsque les jupes ont été interdites. »



Pat Symonds lors du Grand Prix de Hongrie 2008


ING Renault F1 Team a poursuivi le développement de la R28 assez tard la saison dernière. Est-ce que cette stratégie a handicapé la conception de la R29 ?
« Pas vraiment. La dernière nouveauté de la saison 2008 a été l’aileron avant apporté à Singapour. Il s’agissait d’un travail que nos aérodynamiciens avaient réalisé assez longtemps avant cela. Nous savions que le projet 2009 serait énorme, le travail sur la R29 a donc commencé assez tôt. Nous avons alors considéré les concepts aérodynamiques majeurs pour les zones clé de la voiture. L’efficacité de votre travail est une chose relative : elle dépend uniquement de ce qu’ont fait vos rivaux et la plupart d’entre eux a suivi un plan de marche similaire au nôtre. Je suis plutôt confiant et je pense que nous bénéficierons d’une monoplace qui sera très aboutie sur le plan aérodynamique. »

Que pouvez-vous dire de la philosophie appliquée à la conception de la R29 ?
« Il nous a fallu nous concentrer sur les nouveaux pneumatiques ainsi que sur la répartition des masses, probablement plus que d’habitude car le système KERS a un gros impact sur la voiture. Le poids du système, en effet, nous a demandé une attention de chaque instant pour gagner le moindre gramme. En d’autres termes, la plupart du lest a disparu. Notre tâche, dès lors, a été double : gagner du poids sur le châssis car cela pouvait être déterminant et disposer immédiatement de la bonne répartition des masses pour les pneus slicks. Nous avons utilisé ces gommes pendant l’été et nous avons pu nous faire une première idée de leurs caractéristiques. »

Fernando sera une nouvelle fois pilote pour l’équipe. Qu’apporte-t-il à ING Renault F1 Team ?
« Tout d’abord, c’est un pilote incroyablement rapide. Il est selon moi, le plus rapide du plateau. Il sait comment gagner, il connaît la course. Il sait ce dont il a besoin. Il va, de plus, donner une certaine une stabilité à l’équipe. Fernando sait dire « OK, voilà ce à quoi je suis habitué, ce à quoi je ne suis pas habitué, ce que j’aime, ce que je n’aime pas. » Nous n’avons pas à traduire son discours en langage technique parce que nous travaillons ensemble depuis longtemps. Fernando nous procure cette transparence d’interprétation, qui est terriblement importante pour le développement d’une voiture. »

Nelson a connu une saison un peu difficile en 2008. Quelle sera sa mission cette année ?
« Elle sera d’améliorer continuellement ses performances et d’accéder aux points de manière régulière. Nelson devra également apporter son soutien à Fernando de toutes les manières possibles. Nous voudrions que la maturité dont il a fait preuve en fin de saison dernière soit au rendez-vous dès la première course 2009. Il s’agira de sa deuxième saison en F1, je pense que la pression psychologique ne sera pas si intense et je suis certain que nous assisterons à davantage de ces flashes durant lesquels Nelson sait être si rapide. »

La crise financière est sur toutes les lèvres. Jusqu’à présent, Renault est parvenu à jouer les premiers rôles avec le 6ème ou 7ème budget de la grille. Quelle est la situation de l’équipe sur ce point ? Aurez-vous à faire plus avec moins ?
« Je pense qu’on ne pourra plus compter sur de gros budgets en F1, tout du moins sur le moyen terme. En tant qu’équipe, nous travaillons activement depuis longtemps pour limiter l’escalade des coûts tout en maintenant un beau spectacle en piste. Notre position est que c’est la seule manière de garantir le futur du sport. Je pense que nous pouvons y parvenir : nous y sommes arrivés dans le passé et des budgets réduits ne font pas partie des perspectives qui nous effraient. »

Quelles sont vos attentes pour 2009 ? Croyez-vous que les nouvelles mesures prises par la FIA pourront garantir davantage de dépassements et améliorer le spectacle ?
« Je suis membre du Overtaking Working Group, j’ai donc travaillé sur le règlement 2009 et je comprends le raisonnement qui a conduit à son adoption. Je pense donc naturellement que les nouveautés auront un impact positif. Il a été trop difficile de dépasser récemment. Mais cela ne signifie pas que ces dépassements doivent être rendus faciles pour autant. La F1 doit rester un sport. Je crois sincèrement que le travail réalisé sur le plan aérodynamique procurera une plus grande fréquence de ces dépassements. »



Réagissez à cet article ici sur le Forum PlaneteRenault


Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |