France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
NEWS > 

Par le 19/02/2003
 
Renault Sport Suisse - un engagement de 25 ans dans le sport automobile suisse

Renault Sport Suisse - un engagement de 25 ans dans le sport automobile suisse



L'année dernière, Renault a célébré non seulement ses 25 années de présence sur le marché suisse, mais aussi 25 années d'activité sur la scène du sport automobile de notre pays. Aucune autre marque n'a fait montre d'un pareil engagement, ni dans la durée, ni dans la diversité.

Des rallyes jusqu'à la Formule 1 en passant par le Renault speed Trophy, le Renault Clio V6 Trophy, l'Eurocup 2000 et la très prometteuse nouvelle Formule V6, Renault, en tant que constructeur de dimension internationale Renault affirme une présence dans les disciplines les plus diverses.

Dans la perspective suisse, tout avait commencé en 1978, très précisément le 16 avril, lorsque s'est déroulée la toute première épreuve de la Coupe Suisse Renault 5 Alpine sur le prestigieux circuit de Monza. Le coup d'envoi était ainsi donné à une compétition qui, tout au long des années et jusqu'à ce jour, n'a cessé de gagner en popularité pour la plus grande joie des participants aussi bien que du public. Durant 13 années, différentes versions de la Renault 5 furent utilisées dans le cadre de ces joutes sportives, puis à partir de 1991 la Clio entrait en scène. Il fallut attendre 1997 pour qu'elle cède sa place à la Mégane avant que la nouvelle Clio inaugure l'ère du Renault speed Trophy en 2000.

Cette année le Renault speed Trophy en est donc déjà à sa quatrième saison. L'année dernière près de 50 pilotes - hommes et femmes - ont pris le départ au moins une fois et lors des courses en circuit il n'était pas rare de voir une trentaine de voitures en piste. La popularité de cette coupe de marque ne s'explique pas seulement par les primes et les généreux prix en espèces dont elle est dotée, mais aussi - et peut-être surtout - par l'âpreté des affrontements qui se déroulent sur les circuits tout en respectant toujours les limites de la correction. L'an dernier, tout comme la saison précédente, il fallut attendre l'ultime épreuve de la saison qui se déroulait à Magny-Cours pour connaître le nom du vainqueur. Pas moins de trois pilotes possédaient encore des chances et si finalement la couronne est revenue à Mathias Schläppi, il n'empêche que son avance n'est que de 3 points sur Roland Schmid et 27 points sur le troisième, en l'occurrence Reto Wüst. Pour la nouvelle saison, le Renault speed Trophy Clio est d'ores et déjà riche en promesses.

En complément au Renault speed Clio Trophy, la saison dernière, dans le cadre du Championnat suisse, pour la première fois Renault Sport Suisse a introduit le Renault speed Trophy Formule 2000. Il s'agit d'une discipline de promotion qui fait appel à des monoplaces et constitue ainsi un tremplin idéal pour, ultérieurement, franchir un échelon supplémentaire dans la hiérarchie du sport automobile. Tout comme sur une voiture de Formule 1, la structure d'une Formule Renault 2000 est réalisée en fibre de carbone. C'est l'entreprise italienne bien connue Tatuus qui est chargée de la fabrication des châssis. Sur le plan de la sécurité, les spécifications définies par Renault Sport sont conformes aux normes que la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) applique à la Formule 1, ce qui situe parfaitement les exigences sécuritaires élevées auxquelles cette Formule Renault 2000 doit satisfaire.

Durant la saison 2002, au total onze épreuves de Formule Renault 2000 se sont déroulées dans le cadre du Championnat suisse et en moyenne chaque course a compté 13 pilotes au départ. Ce qui est tout à fait satisfaisant pour une discipline débutante. Dijon, Varano, Salzbourg, Hockenheim et Magny-Cours : telles étaient les circuits sur lesquels les épreuves se sont déroulées. Pour des raisons de sécurité, les responsables de Renault Sport Suisse avaient volontairement renoncé aux courses de côte pour ces épreuves réservées à des monoplaces. Cinq pilotes différents sont montés une fois au moins sur la plus haute marche, ce qui démontre bien à quel point ce championnat a été disputé. Le titre est revenue au jeune Allemand Thomas Conrad devant deux pilotes suisses, André Scheidegger et Nicolas Maulini. En 2003, compte tenu de l'attrait exercé par cette formule, le plateau devrait s'enrichir de quatre ou cinq pilotes au moins. Quant au nombre d'épreuves, il devrait être semblable à ce qu'il a été cette année.

Bien qu'elle ne possède pas de circuit de compétition, la Suisse dispose d'un réservoir certain de jeunes talents. La preuve en a une fois de plus été donnée l'an dernier lorsque Neel Jani est devenu vice-champion de l'Eurocup Formule Renault 2000. Ce jeune Biennois a ainsi confirmé tout le bien qu'on pouvait penser de lui. Tant sur le plan de la fiabilité que de la vélocité, il a effectué une saison exemplaire ; preuve en est qu'il a marqué des points lors des 9 manches que comptait le championnat. Le paroxysme de la réussite aura été atteint à deux reprises, à Anderstorp (Suède) et Estoril (Portugal), où, à chaque fois le sociétaire du Jenzer Motorsport a réussi le hat trick parfait : pole-position, en tête du début à la fin de la course, et meilleur temps au tour. Soit dit en passant, c'est d'ailleurs à Anderstorp que Neel pouvait célébrer sa première victoire en Formule Renault 2000. A l'heure du bilan final, Neel devait cependant se contenter de la deuxième place, derrière le Français Eric Salignon dont il n'est séparé que de 4 points. Mais à 19 ans - il les a fêtés en décembre de l'année dernière - Neel peut envisager le futur avec confiance.

Cette année, une innovation va intervenir dans le cadre du Championnat suisse avec la Formule Renault 1600. Cette formule de promotion offre l'avantage d'accepter les jeunes talents en herbe à partir de 16 ans révolus. Après le karting, elle représente donc un échelon idéal pour progresser vers d'autres disciplines.
Une autre nouveauté dans la perspective de la saison 2003 est la Formule Renault V6. Il s'agit d'une discipline internationale volontairement limitée à 30 participants. D'ores et déjà l'équipe bernoise Jenzer Motorsport a inscrit deux voitures dont l'une sera confiée à Neel Jani ; ce qui s'annonce plutôt prometteur.

Renault ayant remporté le Championnat suisse des rallyes en 1999 et 2000 avec une Mégane Maxi, il s'agissait d'innover, de faire autre chose. C'est dans cette perspective qu'en 2001 a été créé le Renault speed Trophy Rallye, une compétition à laquelle peuvent prendre part tous les équipages qui disputent le Championnat suisse des rallyes avec une Clio RS 2.0 16V inscrite en Groupe N : traction avant, moteur 2.0 l, environ 192 ch, boîte 5 vitesses, pont autobloquant.
La première saison du Renault speed Trophy Rallye a été un succès qui s'est confirmé en 2002. Preuve en est que Christian Blanchard et Frédéric Helfer ont remporté la Coupe Suisse des Rallyes réservée aux épreuves se déroulant exclusivement sur territoire helvétique.

Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |