France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Stationner en ville : de plus en plus la galère...

Stationner en ville : de plus en plus la galère...

Les grandes villes sont de plus en plus souvent synonymes, en voiture, de galères, de circulation difficile, et quand on arrive à destination, le stress du stationnement monte, sans parler du prix qui nécessite parfois d’y laisser une jambe ou deux.


Nombreuses sont les « cités » comme on disait du temps des romains, où les automobilistes ont l’impression de devenir les dindons de la farce. Sous prétexte, plutôt louable sur le fond de vouloir rendre l’espace urbain aux piétons, la circulation devient impossible ou presque. Mais le pire, est encore la recherche d’un stationnement qui impose de tourner bêtement en rond, occasionnant de fait, du trafic, des embouteillages, de la pollution, un gaspillage d’énergie fossile, une perte financière et une perte de temps… Lutter contre les voitures, responsables soit disant (et sans vouloir nier un certain impact sur l’environnement) d’une pollution atmosphérique qui provient surtout des centrales à charbons d’Allemagne passe encore, mais sans transports en communs réellement adaptées à la surpopulation, résultante d’un pouvoir jacobin qui prône la centralisation, c’est comme vouloir faire du vélo sans roue. On se casse la gueule à tous les coups...

A Marseille, le sujet des parkings a été traité de façon assez simpliste. Dans la cité phocéenne, ce n’est pas la pollution qui est en cause…

Manquant de liquidités, la ville a décidé de bannir les stationnements municipaux ou gratuits en surface pour allouer à certaines compagnies comme Vinci de beaux terrains pour y construire des parkings privés, en échange d’un joli chèque. Si la manœuvre apparaît rentable à court terme, à moyen terme, elle prive surtout la municipalité d’une manne financière, certes mesurée, mais surtout régulière… A l’inverse, et comme on le constate généralement dans ce genre de cas, les services de la fourrières eux, n’ont pas disparus...

A Paris, l’argent n’est pas le problème, mais plutôt la doctrine anti-automobile. Un comble dans la ville qui vend -et cher- le « Mondial de l’Auto ». Rien que ça.

La maire veut supprimer les voitures de la capitale en rendant la vie des automobilistes impossible. Alors certes, pour le « vrai » Parisien, entendez par là, celui a les moyens pour se loger sur place, et non, celui qui est parisien de naissance, ce n’est pas tellement un problème, dans la plupart des cas, il n’en possède pas. A l’inverse, pour les « recalés », pour ceux qui n’ont pas le droit de faire partie du « club », le problème est tout autre. Problèmes de RER, circulation qui n’est même plus alternée mais arrêtée, et enfin, stationnement…

Pour répondre à cette dernière problématique, des sociétés privées autres que celles bien connues du secteur du bétonnage, ont décidé de se faire une petite place… de parking bien sur.
Différents acteurs se sont ainsi engouffrés dans la brèche tel Parking Paris * qui propose des solutions de stationnement le tout surveillé « H24 ». Les tarifs deviennent surtout intéressants sur de gros volumes (270 € pour 2 mois soit 4,5€ / jours). Pour autant, même pour une durée réduite (24H) le tarif reste bien plus mesuré (inférieur à 20€) que ce qui peut se pratiquer généralement (en moyenne un peu plus de 30€).

Pour être honnête, la seule limite reste le nombre de parking plutôt limité (5), qui nécessitera d’avoir tout de même certainement recours au réseau ferré et ses aléas...

Plus d'infos sur Paris France Parking




 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur | codespromofr |