France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Le Livre Noir de Renault

Le Livre Noir de Renault

Le livre noir de Benjamin Cuq est sorti en librairie le 3 octobre dernier. Avec un tel titre tapageur, quel est vraiment son contenu réel, et surtout, et surtout, est-il justifié ?


Le livre commence très fort, après une rapide introduction sur la situation de Renault ces dix dernières années. Mise en bouche directe : la collaboration.
La même -malheureusement facile- rengaine est ainsi ressortie, où l'on retrouve tous les arguments que l'on connaît déjà, auxquels on pourrait opposer de nombreux contre arguments.

Les arguments avancés contre Louis Renault sont en outre parfois pour le moins étonnant. « Mme Christiane Renault était la maîtresse de l'écrivain collaborationniste Pierre Drieux », ou encore « Mme Renault a eu comme avocat Me Jacques Isorni, avocat de Pétain » (p29). Et finalement, comme le laisse bien comprendre l'auteur, la nationalisation sans contrepartie financière n'a pas laissée la famille Renault sans le sous puisqu'elle a tout de même conservé son patrimoine immobilier, alors qu'importe... Belle justice !

S'il n'est pas ici question d'apporter des preuves d'innocence ou pas, ni d'en faire un grand résistant, on peut cependant relever que ces arguments sont avancés avec une facilité déconcertante et sans aucune place au doute, le tout en seulement quelques pages. Et ce ne sont pas les nombreuses questions sur cette période... noire elle aussi, qui manquent, provoquant ainsi la bataille des historiens à coup d'arguments et de contre argument...

L'auteur justifie presque la décision de la nationalisation par le fait que la famille Renault a dernièrement été déboutée de sa demande. Pourtant, il n'hésite pas à dénoncer une décision de justice dans les années 2000 concernant des faits de discriminations qui auraient eu lieu dans l'entreprise, allant même jusqu'à faire faire justice lui-même à l'encontre de celle-ci en déclarant tout simplement Renault coupable ! (p65). L'auteur, qui parait donc s'appuyer sur les décisions de justice s’accommode bien d'une confiscation sans jugement de l'homme, alors même que les vrais dirigeants de l'entreprise à l'époque, des « proches » de Louis Renault, et des « très proches » du régime de Vichy ont été jugés innocents à la libération... Bizarre...

Les conséquences de la mondialisation
Une fois passé ce douloureux chapitre, certainement le plus sujet à polémique, on peut surtout suivre des affaires de lutte sociale, des drames humains, les effets dévastateurs de la mondialisation, et de l'amiante, etc... Seul le constructeur est au banc des accusés, comme s'il représentait à lui tout seul les errances du système. L'auteur pousse même le vice jusqu'à dénoncer... la campagne de rappel du Twizy pour une risque de fuite du liquide de frein, élément essentiel car lié à la sécurité comme il le dit lui même (d'où son importance) ! C'est vrai que les rappels sont peu nombreux dans le domaine de l'automobile... Le constructeur Toyota, qu'il semble fort apprécier, n'a t-il pas effectué un rappel mondial suite à des problèmes de pédales d'accélérateur défectueuses ? Pas très honnête tout de même.

On peut cependant apprécier certains chapitres, comme l'aventure -presque tragique- de Renault aux USA, l'assassinat de Georges Besse, l'analyse de certains échecs commerciaux, le rachat d'Avtovaz, ou encore le mariage raté avec Volvo, même si parfois une certaine naïveté du monde des « affaires » et de notre société pourrait être reprochée à l'auteur, comme le soit-disant patriotisme économique... Les alliances à succès (Nissan, Dacia,...) sont seulement vue par le côté obscur (délocalisation, main d’œuvre peu chère, licenciements,...), et les échecs cuisants dans ce domaine, des concurrents comme Daimler/Chrysler, PSA/GM, omis.

Ce livre semble ainsi inégal, avec des arguments ou des jugements étonnants, quelques erreurs ou manques, ou contradiction (Louis Renault en pleine possession de ses moyens en 1939, puis très malade, en 1940 -p26-, Salaire de Ghosn qui oublie d'indiquer qu'il est n'est pas de 10 millions chez Renault mais « que » de 1,2 millions -p200-, C.Tavares appelé C.Tarares -p322-, etc...), et certains sujets dont l'intérêt est moindre, ou dont Renault est plus victime que coupable voire, étranger (aménagement de l’île Seguin,...).

Au final, ce qui est ressort, c'est que le titre parait un rien tapageur. Car il s'agit plutôt là de l'histoire d'une entreprise comme les autres qui évolue -et pas toujours qu'en bien- vers la mondialisation, entraînant malheureusement un management -trop- poussé vers les résultats, la fermeture d'usines, les licenciements, et les drames sociaux qui s'en suivent...

Le constructeur français parait ainsi être un bouc-émissaire tout désigné. Dommage, car en réalité, le livre aurait pu être intéressant, et aurait eu plus de crédibilité s'il n'y avait pas cette ambiance nauséabonde, que le titre annonce clairement. Tout est ainsi présenté du côté le plus sombre, en en faisant une entreprise à marquer au fer... rouge -et non noir.

Mais en réalité, l'auteur ne trompe pas le lecteur. Si on peut dénoncer le parti pris, et une démarche pas toujours très honnête, peut-on dès lors lui reprocher, surtout quand cela est clairement affiché ? Malgré tout, un angle différent aurait pu permettre de crédibiliser d'avantage son contenu, au prix d'un « buzz » certainement moins important.
Le livre noir de Renault, par Benjamin Cuq (First Editions), 17.95€, actuellement en librairie et sur Amazon.

 

Retrouvez l'interview de B.Cuq sur Planète Renault, ainsi que le topic consacré sur notre forum: Le livre noir de Renault (maj: le topic a été cloturé. Il est possible de le consulter, mais plus d'y répondre). Vous pouvez cependant laisser vos commentaires ci-dessous.



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |