France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
10. La Régie devient Renault

10. La Régie devient Renault

Dans les années 90, l'Europe doit s'affirmer face à la concurrence des États-Unis et du Japon. Pour cela, ses États doivent se désengager et cesser d'aider les entreprises publiques ou privés du secteur concurrentiel.


Pour Renault cela se traduit enfin -et un peu tard- par une ouverture (tant attendu par Louis Schweitzer) partielle de son capital en 1994. Deux ans plus tard, la Régie cesse officiellement d'exister et devient Renault, entreprise privée et"responsable".

> Un nouveau PDG pour Renault

En 1992, Louis Schweitzer remplace R.H.Lévy, celui qui a refait naître Renault en continuant la politique de G.Besse, qui avait atteint l'âge de la retraite. Louis Schweitzer comme Pierre Dreyfus vient de la haute administration. Ancien inspecteur des finances, il est entré chez Renault en 1986. Louis Schweitzer sera l'homme de la privatisation, du retour en F1 en 2002 de Renault en tant que team complet ( châssis+moteur), d'une réforme en profondeur des structures et de stratégies, de réduction des couts, de la mondialisation ( rachat de Nissan, Samsung Motors, Dacia, Volvo Trucks, scooter benelli,.....). La politique d'innovation sera aussi une de ses grandes lignes de même que la sécurité accrue ( Laguna II, la voiture la plus sure du monde avec 5 étoiles au test Euro Ncap).

Un mot: l'innovation

Afin de lutter avec ses concurrents, et de proposer à ses clients des voitures inhabituelles, séduisantes et fonctionnelles, Renault va choisir l'innovation, chose qui est dans la culture de Renault depuis ses touts débuts en 1898. En 1984, Renault sortait l'Espace, premier monospace européen, précurseur de la Twingo, qui lors de son arrivée sur le marché en 1992 défiait la chronique. Sa bouille marrante, sa conception monospace, son aménagement intérieur font de cette voiture une citadine tout a fait révolutionnaire. Ce sera un succès immédiat. En 1996, Renault remet ça: le Scénic apparaît et immédiatement ses ventes cartonnent. Mais cette fois les concurrents n'attendront pas 10 ans pour répliquer. Le Kangoo, est aussi la marque d'innovation dont fait preuve Renault. En effet, doté d'un style tout à fait surprenant et charmeur, ce petit utilitaire est l'anticonformisme jovial,Vel Satisdécontracté, pratique et confortable. Il va comme ses petits frères de la gamme, pousser les ventes de Renault vers le haut. Aujourd'hui, Renault continue avec son coupéspace Avantime, ou la remplaçante de la Safrane, la Vel Satis. En matière de sécurité, Renault a innové tout d'abord en proposant le double airbag de série dans des citadines, puis 4 airbags, ouverture et démarrage de la voiture avec une carte dans la Laguna ( chose que seule la Mercedes Classe.....S avait en option), système Odysline ( Repérage satellite de sa voiture, appel d'urgence, ...), ceinture arrière 3 points, système de Retenu Programmée,......

Dans le sport, c'est la même chose. En décembre 2001, le team Renault-Schlesser va s'engager dans le Paris-Dakar avec un moteur Diesel, ou bien débarque en F1 avec un tout nouveau V10 ( avec un angle d'ouverture de l'ordre des 110°, sans arbre à cames,.....).Vraiment, l'innovation est une culture chez Renault.

Le retour de Renault sur les marchés émergents

Comme tous les constructeurs, Renault ne peut plus rien espérer sur les marchés européens. La place de chaque marque étant de plus en plus étroite, et la progression revenant à "monter un escalier roulant qui descend" selon Louis Schweitzer. L'époque où Renault dominait totalement son marché intérieur est révolue. Renault ne pouvait continuer à se limiter à l'Europe au risque d'étouffer ses chances de survie. Seule une stratégie internationale comme l'avait déjà réalisé Louis Renault dans les années.....1900 pouvait lui permettre de se donner des possibilités de croissance. Mais là où elles se trouvent: sur les marchés émergents.

Dès avant la première guerre mondiale, Renault était tourné vers l'Argentine et le Brésil, où ses agents vendaient taxis et voitures particulières. Lors de l'époque de la Régie, Renault s'était aussi tourné vers ces pays mais sans les moyens financiers nécessaires pour s'y ancrer solidement. Cette fois, Renault revient avec une approche plus adaptée au long terme: 2 usines, ( l'une au Brésil baptisée Ayrton Senna et l'autre en Argentine). Ces deux usines sont appuyées par une structure autonome de commandement industriel, commercial et financier, installée à Curitiba, dans la province brésilienne du Parana. C'est à dire au cœur du Mercosur ( espace de libre échange réunissant le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay). Les objectifs de Renault sont de réaliser une pénétration de 10% et d'en faire son second marché après l'Europe, malgré une concurrence internationale sévère. Les produits du réseau Renault sont ceux de la gamme européenne modifiés ( Clio Tricorps,...). Cela permet à Renault de proposer une gamme jeune et dynamique.

D'autres marchés plus risqués intéressent Renault

Cette stratégie d'expansion, Renault l'applique aussi à la Turquie, qui est une plate forme de forte expansion vers les régions voisines. Renault y a donc renforcé ses structures, modernisé son usine de Bursa ( qui produit d'ailleurs les Mégane Break). Un autre pôle intéresse aussi beaucoup Renault: l'Europe centrale à partir de l'implantation slovène de Revoz à Novo Mesto.

L’Europe occidentale n'est plus, on le sait, un marché de croissance. En revanche, la "Grande Europe" qui s'annonce avec l'intégration des pays de l'Est représente un marché de 350 millions de consommateurs. Il y a aussi la Russie, qui possède un très fort potentiel. Renault y a d'ailleurs entamé une coopération avec la mairie de Moscou pour la production de Mégane dans l'usine de Moskovitch, qui est une vieille connaissance ( voir ci-avant).

De solides arguments pour s'imposer sur des marchés tels que l'Allemagne ou la Grande-Bretagne.

Podium de France: 3 Renault sur la podium ( Hill, Villeneuve, Alesi, et Berger 4ème)

La présence de Renault en F1 a sans aucun doute beaucoup aidé Renault à se faire une image, et à avoir de la crédibilité sur ces marchés, même s'il est impossible de le vérifier. En effet, de 89 à 97, date du retrait de Renault de la F1, Renault à remporté au total 11 titres mondiaux.

La Formule1 donne aussi des retombés technologiques sur les voitures de "monsieur tout le monde". Certes, ces retombés sont indirectes, mais elles existent comme le témoigne l'utilisation du Turbo à une certaine époque, l'utilisation de nouveaux matériaux, un savoir-faire extraordinaire ( le Spider Renault a été créé en moins de 2 ans), ou la suppression d'arbre à cames que Renault devrait appliquer sur les moteurs de série. Mais il est vrai que beaucoup de solutions technologiques ne voient pas le jour, car la Formule1 est une discipline de risques technologiques. On ne peut pas prendre de tels risques pour les voitures des particuliers.

De nouveaux systèmes de fabrication

Afin de réduire les coûts de fabrication, les constructeurs vont s'engager dans la réutilisation de plates-formes. Ainsi, la plate forme de la Mégane servira à la Berline 5 portes, la Classic ( 4p), Coupé, Cabriolet, Scénic, et Break, et désormais le Scénic RX4. C'est une première! Les autres constructeurs feront de même, le meilleur dans ce domaine étant bien sûr le groupe VAG ( Volkswagen, Audi, Skoda, Seat,....).

Aujourd'hui, il existe 3 plates formes chez Renault: une pour la Twingo/Clio/Kangoo, une autre pour la famille Mégane, et la dernière pour la Laguna/Vel Satis/Espace.

Renault renouvelle TOUTES ses gammes

Dans la fin des années 90, Renault rajeuni ses gammes. Ainsi, Renault agriculture modifie sensiblement sa gamme de tracteurs, et sa gamme de camion avec l'apparition de nombreux nouveaux modèles.

Une gamme automobile de 92 à 98, moderne, innovante et qui plait.

En 1991, une nouvelle génération d'Espace voie le jour. La modularité intérieure est excellente, sa ligne est très arrondie, de nouveaux moteurs sont proposés. Les prix à l'AM 94 vont de 140 000 F à 250 000 F. En 93, Renault dévoile de nombreux modèles: tout d'abord, la Safrane, qui remplace la R25 au sommet de la gamme. Les dirigeants de Renault misent de grands espoirs en elle. Ce sera un échec, sauf en France, où ses ventes sont encourageantes. Motif de cet échec: des moteurs insuffisants et une image de "généraliste" qui reste collée à Renault et à sa Safrane. Cette même année voit apparaître la Twingo, une "mini", avec une drôle de bouille, style grenouille, un seul moteur (essence) et une seul version, avec 5 couleurs disponibles. Après quelques mois d'attente, les clients se ruent sur elle. Ce succès est bien sur inattendu, surtout après toutes les critiques qu'elle a subi. Son prix, unique: 55 000 F. Petit à petit de multiples versions verront le jour ( matic', easy, Pack, Benetton,...). Cette même année, la R19 est restylée et se modernise.

En 1992, un nouveau logo apparaît. Brillant, en relief, il met en avant le nouvel esprit de Renault. Il est inauguré sur la Safrane puis la nouvelle R19.

En Mars 94, la voiture la plus vendue en France, la Clio est restylée timidement: phares, feux arrières, rétroviseurs....Mais, la grande arrivée cette année est la superbe Laguna, qui remplace la R21.

En fin 95, la Mégane arrive en remplacement de la R19. La Mégane est à elle seule un gamme entière ( berline 5p, 4p, Coupé, Cabriolet, monospace, puis Break et Scénic 4X4 cinq ans plus tard). Renault a énormément investi pour elle, dans des années un peu floues pour la trésorerie. Mais les bonnes années se préparent. Le succès de la Mégane est immédiat. Elle prendra très vite la première place en France avec l'arrivée du Scénic, et détrônera la Golf de la première place en Europe pendant plus d'un an. Aucune Française n'avait réussi cela. A noter, qu'à l'époque, c'était presque un exploit de réutiliser 1 plate forme pour autant de versions différentes. Mais, petit à petit, les ventes chuteront, et c'est avec difficultés qu'elle attendra ( avec impatience) la relève en 2003.

En cours d'année 96 une Clio phase 3 apparaît. Elle adopte des petits phares plus "rond" afin d'annoncer la Clio II. En fin d'année, c'est l'Espace qui fait peau neuve. Stylistiquement superbe et dotée d'une planche de bord très moderne ( instrumentation digitale, au centre, large boîte à gants, radio avec télécommande,.....). L'Espace était en avance sur son temps, et même encore aujourd'hui, 2 ans avant son remplacement, elle n'est toujours pas dépassée, ni même égalée. Une version Grand Espace verra le jour en 97/98. Cette même année, la Safrane sera restylée. Face avant superbe, arrière un peu étonnant, elle ne fera pas mieux que la première version.

En octobre 97, l'étonnante petite Kangoo fait son apparition chez les concessionnaires, en version famille dans un premier temps, puis en version entreprise ( Kangoo Express) par la suite. Ce sera un grand succès.

Et les chiffres de Renault ?

Entre 92 et 98, la santé de Renault s'améliore grandement, même si certaines années sont marqués par des déficits. Mais, la gamme devient de plus en plus compétitive par rapport aux concurrents étrangers. Elle est moderne, et plait.
Une politique de réduction des coût est engagée chez Renault, et portera grandement ses fruits.
Une fois Renault en forme, le constructeur va décider de créer un véritable groupe, avec dans un premier temps l'Alliance avec Nissan, puis Dacia, Samsung, Benelli, Volvo Truck,... (voir Groupe)

Ce graphique résumera les bénéfices et chiffre d'affaire.




 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur | codespromofr |