France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
4. Les années de crises

4. Les années de crises

Alors que la crise économique frappe de plein fouet l'Amérique, ses conséquences vont toucher très rapidement les pays industrialisés d'Europe, à cause du rapatriements des fonds que les USA avaient prêté après la guerre 14-18.


Alors que la politique automobile est à la fabrication de bas gamme -politique lancée par la Grande Bretagne-, les trois grands constructeurs français vont refuser d'un accord commun leurs projets de 5 CV.

Baisse des coûts chez Renault
En 1929, Renault n'a plus de gros investissements à faire. Il a une trésorerie solide, et une fabrication très diverse: outre l'automobile, il peut s'appuyer sur l'aviation et l'armement. La production très touchée par la crise, puis remontant a partir de 1932, Renault s'est adapté en faisant pression sur ses fournisseurs, en réduisant ses effectifs, et en baissant les salaires, qui ne remonteront que vers 1935.

Citroën ne se rend pas compte que la production s'est stabilisé et continue sa politique d'expansion, sans appui financier derrière. Pour rivaliser avec Billancourt, il reconstruit l'usine de Javel, ce qui est très coûteux. Malgré le spectaculaire lancement de la "7" plus connue sous le nom de Traction, les pouvoirs publiques demandent à Renault, de reprendre son concurrent. Devant le refus de Renault, c'est Michelin qui s'en occupera.

Renault et l'aviation
Après la première guerre mondiale, Renault continue avec succès sa conquête de l'air. Il participe ainsi à l'aventure de l'aéropostale où de nombreux pilotes Français vont signer des exploits. L' Aéropostale est couverte de gloire mais la crise économique de 1929 la fera sombrer. Il ne restera plus que quelques compagnies en France dont Air Orient et Air Union qui ont Louis Renault comme administrateurs.

Sous la pression de l'état, ces compagnies se regroupent et forment Air France en Août 1933 et rachètent L' aéropostale. Louis Renault siège au conseil d'administration.
Cette même années Pierre Cot, ministre de l'Air de l'époque fait appel Louis Renault pour racheter la société Caudron.

Renault devient ainsi constructeur d'avion et en 1935, il entre comme principal actionnaire dans la création d'Air Bleu, le premier réseaux intérieur de transport postal.

Les "têtes pensantes" de Renault
Louis Renault, qui commence à ressentir les effets de son âge, pense à placer des hommes en qui il a entière confiance à la tête de son usine à la veille de la seconde guerre mondiale. "Patron Absolu", Louis Renault garde néanmoins la main sur la vie de son entreprise. Ce patron, qui n'aime pas le "têtes", pense qu'un vrai dirigeant d'entreprise doit avoir fait un parcours professionnel. Louis Renault, en est le parfait exemple.

Cependant, il s'entourera aussi de quelques hommes fort diplômés. Outre les fidèles des débuts comme Charles-Edmont Serre, Paul Hugé, Emile Duc, Léon Saives, Renault embauche après la première guerre mondiale, un dessinateur de chez Delage: Jean-Auguste.

Renault engage aussi en 1918 Samuel Guillelmon, puis les deux fils de ce dernier. Plus tard, Renault engage des membres de sa famille: Son beau frère, Roger Boullaire, et ses deux neveux par alliance Henry Lefèvre-Pontalis (qui décédera en 1933) et François Lehideux (agé de 26 ans) qui va avoir une carrière problématique pendant la guerre chez Renault. Alors qu'il aurait du prendre la relève de Louis Renault, après une forte dispute avec son oncle, il sera remplacé par René de Peyrecave, autre personnage à l'histoire trouble pendant la seconde guerre mondiale.

Lehideux (au centre) rétablit le dialogue avec les ouvriers



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |