France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Alaskan Pick-Up

Alaskan Pick-Up

Après le show-car du même nom l'année dernière en septembre, Renault a présenté hier, en direct de Colombie, son tout premier pick-up d'une tonne de charge utile en la personne de l'Alaskan.


Sa présentation n'a pas laissé la place à beaucoup de surprise puisque non seulement l'Alaskan est, on le sait, étroitement dérivé de son cousin de chez Nissan, mais en plus, le Show-car était très représentatif du modèle de série.

Reprenant l'air massif de son cousin Nissan Navara, Renault a malgré tout décidé de l'intégrer correctement à sa gamme en lui donnant sa propre identité. Par bonheur, la grosse calandre du Nissan convient parfaitement au "nouveau" style Renault tandis que de nombreux éléments chromés ajoutent une touche premium d'un véhicule à mi-chemin entre le monde des utilitaires et des particuliers.

Renault Alaskan 2016

Comme pour le reste de la gamme, l'Alaskan dispose de feux Full-LED qui reprennent le fameux "C" si cher à L.Van Den Acker.

La face avant est ainsi aussi imposante que le Nissan comme tout "bon" SUV ou Pick-Up qui se respecte, tout en bénéficiant d'un réel dynamisme. L'impression de force qui se dégage ainsi se retrouve jusqu'à son nom, qui, dérivé du mot inuit Alaska, signifie "Grande Terre".
Monté sur des jantes de taille raisonnable de 16 à 18'' (comptez un tarif de 120€ pour des pneus été et un peu plus pour des pneus toutes saisons)  diamantées, bien inutiles en dehors des shootings photos, cet Alaskan allie à la fois la robustesse et une certaine dose de luxe.

OJC, Origine Japonnaise Certifiée

Mondialisation oblige, cet Alaskan n'est en réalité par réellement nouveau puisque hormis la calandre typée "Renault", il reprend bon nombre d'élements à Nissan, et notamment techniques. Si sous le capot on retrouve bien un moteur Diesel Renault déjà bien connu sur le Master en la personne du 2,3 dCi (160 et 190ch), un bloc 4 cylindres composé de deux turbos, l'un à faible inertie dédié à la souplesse à bas régime, et un second plus gros pour la puissance à haut régime, tout le reste provient de Nissan.
Selon les marchés, un 2,5l essence de 160ch ainsi qu'un "vieux" 2,5l Diesel de 160 et 190ch seront également disponibles, couplés à une boute manuelle à 6 rapports ou automatique à 7 rapports.

Tout le reste est bien japonnais, ce qui, pour un tel véhicule est un réel plus tant les qualités des constructeurs nippons, et Nissan en particulier, ne sont plus à démontrer dans ce domaine.

Véritable tout-terrain

Comme tout gros Pick-Up qui se respecte, l'Alaskan dispose de réelles qualités en tout-terrain, avec une garde au sol de 23cm. Si le mode pur 4 roues motrices (mode 4LO) n'est activable qu'à l'arrêt, il est cependant possible jusqu'à 60 km/h d'activer à la volée un mode intermédiaire (4H) permettant de disposer de 4 roues motrices jusqu'à 100 km/h.

Par ailleurs, l'Alaskan dispose d'un différenciel autobloquant mécanique lié à un dispositif à glissement limité électronique permettant de freiner une roue qui viendrait à patiner afin d'augmenter l'adhérence globale.

Habitacle made in Nissan

La cabine, simple ou double est restée fidèles aux origines Nissan. On ne retrouve donc pas le style des dernières Renault, même si les aérateurs rappellent... ceux de la Clio. L'ensemble est malgré tout agréable et moderne, avec un dessin simple mais efficace, très typé berline et non utilitaire.

Du côté des équipements, l'Alaskan dispose tout de même le démarrage sans clé, un système multimédia et navigation de 5 pouces ou 7 pouces selon les pays, ainsi que 4 caméras permettant de faciliter le stationnement de la bête. Renault ne fait pas mention du système de navigation maison "R-Link" ni du mediaNav dans son communiqué de presse, il est donc peu probable de le voir proposer.

Un véhicule mondial

Si Renault, totalement absent du marché des pick-up depuis toujours propose aujourd'hui un tel véhicule, ce n'est pas seulement pour agrandir sa gamme et remplir un trou. En réalité, cette fois encore, Renault profite de son positionnement mondial ET de son alliance avec Nissan pour occuper ce terrain sans necessiter de frais importants.

La France, et l'Europe ne sont bien sur pas les premiers marchés visés, mais bien l'amérique du Sud. L'Alaskan suit ainsi la même logique que le Duster Oroch, qui vendu sous la marque au losange sur ce marché, n'est pour le moment toujours pas disponible en Europe malgré que son déploiement soit déjà effectif au Brésil, en Uruguay, au Paraguay, en Colombie, et en Argentine.

Alaskan-Oroch

Après le Duster Oroch qui s'est déjà écoulé à 8 500 unités depuis 2015, Renault cherche clairement à continuer d'investir ce segment si peu prisé en Europe. Et pour cause puisqu'il représente tout de même 17,4% du marché d'Amerique Latine, avec une forte croissance en prévision. Si la colombie est le premier pays de commercialisation, son arrivée en Europe est prévue pour la fin de l'année.

L'Alaskan sera produit en Amérique du Sud ainsi qu'en Europe, en Espagne. A noter que Mercedes disposera également de son pick-up basé sur le Navara/Alaskan.



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |