France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
Aujourd'hui
Par Loic FERRIERE le 07/09/2015
Dernière mise à jour le 16/09/2015
 
Mégane 4

Mégane 4

Après trois générations, 20 années et plus de 6.5 millions d’unités vendues un peu partout dans le monde –mais principalement en Europe- la Mégane se renouvelle avec ce quatrième opus qui représente son cœur de gamme.


Cette nouvelle Mégane s’inscrit dans la lignée des dernières productions de la marque, et en reprend donc tous les codes stylistiques. Si on pouvait penser qu’elle serait assez proche de la Clio, il n’en n’est rien, puisqu’elle se rapproche au contraire beaucoup plus de la Talisman et ce, sur de nombreux aspects.

Mégane 4

A l’avant, on retrouve la calandre très personnelle des nouvelles Renault avec les fameux feux à LED qui descendent sur le bouclier et l’imposant logo verticalisé. Les versions les plus chères disposent de feux Full LED Pure Vision.

De profil, la Mégane perd ses rondeurs, et se germanise un peu –vaste débat que d’en penser du bien ou pas- avec notamment de larges épaules sculptées sur la partie arrière qui peuvent malgré tout rappeler « l’ancienne » génération. Si la découpe des vitres n’est pas sans rappeler la concurrence, le petit décroché qui remonte sur la partie arrière lui permet de gagner en dynamisme en dépit d’une légère perte de luminosité induite par une surface vitrée inférieure.

Mégane 2016

Au contraire de la Clio et même si cette Mégane n’existe qu’en version 5 portes, les poignées ne sont pas dissimulées comme nous l’avions confirmé suite aux différents « spy » qui ont pu être diffusées. Enfin, le travail sur le design est tel que de petites « ouïes » créées sur les ailes avants se prolongent discrètement sur l’avant des portières grâce à un minutieux travail de tôlerie.

Enfin, l’arrière de cette nouvelle Mégane reprend encore une fois la signature lumineuse très réussie de la Talisman, tout comme l’esprit général de ses feux, preuve de la filiation certaine qui existe entre les deux. D'ailleurs, afin d'assoir la signature lumineuse, les feux généralement allumés uniquement la nuit (feux lanternes) sont ici constamment allumés. Rappelons tout de même que la longévité d'une LED est très importante.

Incontestablement, la Mégane 4 est plus racée que sa devancière -chose d’ailleurs accentuée par le fait qu’elle soit plus basse de 25mm- mais ce sont surtout ses voies plus larges de 47mm à l’avant et de 39mm à l’arrière qui lui confèrent cette touche sportive en paraissant encore mieux assise sur la route. L’empattement est également plus long de 28mm, tandis que le porte-à-faux arrière est à la baisse afin de conserver des proportions proches de l’ancienne génération.
 

Un habitacle dans la lignée d’Espace 5 et de la Talisman.

L’habitacle reprend lui aussi ce que l’on a déjà vu sur la Talisman et sur l’Espace, et non celui de la Clio, et c’est tant mieux. Alliant classe, esthétisme, et modernisme, la planche de bord reprend en son centre le grand écran tactile de 8,7'' (22cm) dédiée au R-Link2, positionné au format portrait, entouré par les deux aérateurs d’air, et sur la droite, les icônes d’accès –presque- rapide qui auraient pourtant méritées d’être placées du côté du conducteur. A noter que les versions plus "basses" disposeront d'un écran plus petit de 7'' positionné en mode paysage.

L'afficheur tête haute en couleur d'une taille de 7'' fait également son apparition sur certaines versions comme la GT. Il donne ainsi au conducteur les informations essentielles comme le rappel de la navigation, la vitesse, les aides à la conduite,...

Toutes les aides à la conduite sont également de la partie, avec le régulateur de vitesse adaptatif (dont l'intérêt reste limité, surtout comparé aux risques d'endormissement), le freinage actif d'urgence, l'alerte de franchissement de ligne, l'alerte de distances de sécurité, la reconnaissance des panneaux, l'avertisseur d'angle mort, les feux de route/croisement avec commutation automatiques,...

L'aide au parking (avant, arrière, latéral) et surtout l'Easy Park Assist "main libre" permettant de garer automatiquement la voiture est lui aussi proposé, même s'il est dommage de tout de même devoir conserver l'usage des pédales, ce qui est fort déroutant (voir l'essai de l'Espace 5).

Concernant la finition, Renault insiste sur le travail effectué et le choix des matériaux, notamment dans la continuité du moussage du dessus de la planche de bord et du haut des portières. 

Pour le moment, l'habitacle reste cependant assez sombre, sans proposition d'une sellerie plus colorée puisque Renault annonce un choix de 5 niveaux selleries, toutes à base de noir, avec en haut de gamme, une version en velour d'Alcantara. Toujours en haut de gamme, les sièges sont également chauffants et massants, dôtés d'un réglage lombaire électrique.

Le multi-sense permettant d'offrir plusieurs comportements de la voiture propose 5 modes de conduite, agissants sur la boite auto (si équipée), sur le temps de réponse du moteur, et divers autres gadgets (massage, ambiance lumineuse). Par contre, contrairement à la Talisman et à l'Espace, il n'y a pas ici de suspensions pilotées, malgré l'utilisation de la plate-forme CMF.

La Mégane propose un volume de coffre de 384dm3 VDA et 25l de volume de rangement.
 

Un moteur Diesel et deux essence, de 90 à 130ch, une offre hybride

Le cœur de gamme (hors GT et R.S) est assuré par un bloc diesel dCi 110 (1.5l K9K) ne consommant officiellement que 3.3l et 86 g CO2/km) en boite manuelle et automatique à double embrayage EDC, complétée par un dCi 90 et le 1.6 dCi 130.

En Essence, c'est le bloc 3 cylindres de 100ch qui est disponible (TCe 100) aux côtés du TCe 130, ce dernier pouvant être couplé à la boite EDC.

Mais surtout, Renault annonce déjà une offre hybride nommée "Hybrid Assist" prévue début 2017 permettant de réduire la consommation sur un cycle normalisé NEDC à 3L/100 km, grâce à un moteur Diesel classique, couplé à une électrification liée notamment à la récupération d'énergie au freinage. Il ne restera qu'à voir si le sucoût d'un tel système sera rentable face à l'économie de seulement 0.3l / 100 km...
 

La Mégane GT déjà présentée

D’ores et déjà, Renault présente la version GT de cette Mégane 2015. Permettant de proposer quelques performances sans pour autant vouloir aller trop taquiner le chrono (domaine réservé à la version RS) ni trop dégrader le confort au profit de l’agilité. La Mégane GT est tout de même badgée Renault Sport, et gagne en style avec un bouclier exclusif laissant s’exprimer d’avantage la sportivité, avec notamment une entrée d’air plus imposante, et les deux écopes dissimulées de part et d’autres du bouclier.

À l'arrière, on retrouve bien sur deux canules d'échappement chromées ainsi qu’un diffuseur d’air, tandis que des imposantes jantes aluminium 18'' diamantées sont proposées.

Mégane GT

Cette GT est équipée du bloc 1.6 Turbo de 205ch issu de la Clio R.S couplé à la boite auto à double embrayage EDC7 (avec palettes au volant), nommé TCe 205 EDC. Dans quelques mois, courrant 2016, le 1.6 dCi Twin Turbo de 165ch avec l'EDC6 sera également proposé, en attendant la future R.S prévue avec un bloc inédit chez Renault de 1.8l de plus de 270ch.

La version GT est clairement une version déjà affutée. Car outre les 205ch de son bloc essence, il est possible d'opter pour les 4 roues directrices (4Control) permettant de disposer d'une voiture hyper agile et ultra efficace dans les virages. Et pour les départs "canons", le Launch Control de la Clio R.S est également bien présent.

Les tarifs sont disponibles ici:Tarifs Mégane 4



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |