France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Espace

Espace

Le nouvel Espace a été officiellement présenté hier, à l'occasion du Mondial de l'Auto. Celui qui doit représenter le haut de gamme chez Renault bouscule les codes du monde en déclin des monospaces pour se rapprocher de celui en vogue des crossovers


30 ans après le premier modèle, cette nouvelle génération effectue ainsi un virage net, même si le nom ne change pas. Proposé en une seule dimension (4,85m) en 5 et 7 places soit autant que l'ancien Grand Espace, ce nouvel Espace plus haut sur patte (+4cm) affiche pourtant une hauteur moins importante de 6,3 cm contrairement à ce qu'il parait.

Ce nouvel Espace reprend la « nouvelle » calandre de la marque, avec le logo agrandi et verticalisé. Nouveauté majeure en terme de design, il inaugure la signature lumineuse appelée DRL (Daytime Running Light) dessinant un genre de C asymétrique au sein des optiques Full LED « Pure Vision » qui sont 20 % plus puissants que des optiques halogènes tout en étant plus confortables. Cette nouvelle signature sera ensuite déclinée sur le reste de la gamme.

Espace 2015

La face avant se veut musclée, tout comme ses flancs, avec notamment des passages de roues imposants afin de laisser la place aux très généreuses roues pouvant aller jusqu'à 20 pouces (en option) ou 19 pouces en série selon les versions.

Si à l'extérieur l'Espace évolue fortement, à l'intérieur, c'est véritablement la révolution. Fini l'impression d'Espace d'antan, là, tout est cloisonné. Ainsi, désormais, une console centrale suspendue sépare les deux places avants. Celle-ci est très réussie, que ce soit dans le dessin très aérien, ou son ergonomie. Très épurée, elle adopte notamment un grand écran tactile de 8,7 pouces derrière lequel se cache le R-Link 2.

Ce dernier est véritablement le centre de contrôle de cet Espace puisqu'il pilote véritablement toute la voiture, comme le système multimédia, la navigation (TomTom avec services d 'infotrafic en temps réel), mais aussi ce que Renault appelle le Multi-Sense, sur lequel nous reviendrons plus tard.

Le levier de vitesse de la boite EDC (aucune boite manuelle n'est disponible) très joliment dessiné, tombe parfaitement sous la main tel un repose poignée, tandis qu'il suffit de tendre le doigt pour accéder aux commandes tactiles de l'écran, qui peut en outre être piloté par la molette située derrière le dit levier. Un modèle d'ergonomie.

Très réussie dans la forme, la planche de bord l'est aussi dans sa présentation avec des matériaux agréables au toucher.

Adieu l'affichage central, le conducteur dispose désormais face à lui d'un tableau de bord 100 % digital permettant ainsi de pouvoir être configurée selon la volonté -ou presque- du conducteur : couleurs, type d'informations, ambiance, mode d'affichage, etc. le tout directement via le R-Link. En outre, l'affichage tête haute, qui fait enfin son arrivée chez Renault (même si son utilité reste discutable) permet de visualiser la vitesse instantanée, la navigation, et différentes aides à la conduite.

L'habitacle dispose de nombreux rangements. On en recense ainsi sous la console centrale (porte gobelets,...), à gauche du volant comme dans toute Renault, sous l'accoudoir central des places avants, dans les portières (2x2,5l à l'avant et 2x0,85l à l'arrière), etc... La boite à gant n'est pas en reste, avec une contenance de 12L, qui s'ouvre, à l'instar du Captur, comme un tiroir. Mais à la différence de ce dernier, elle est électrique par effleurement.

Enfin, du côté du coffre, le volume proposé sous le couvre bagage est de 660 dm3 en configuration 5 places. Pour y accéder, l'ouverture du hayon motorisé se réalise via un mouvement effectué par le pied sous le bouclier. Il est donc totalement main-libre.

Modularité

Une fois le hayon ouvert, il est possible de décider de rabattre les différents sièges, soit un par un, soit tous ensembles. Via une simple pression sur les commandes associées, les sièges se replient, formant ainsi un plancher totalement plat et libérant une surface totale de 2041 dm3. Par contre, pour les replacer, il faudra le faire manuellement, ce qui se fait malgré tout plutôt facilement pour un adulte.

S'il est possible de modifier la configuration depuis le coffre, c'est également vrai via le fameux Multi-Sense, ou encore directement via les commandes prévues à cet effet sur les sièges.
En outre, les trois sièges du second rang, peuvent également être reculés ou avancés de façon indépendante dans la version 7 places.

Un équipement High Tech enfin au niveau

Intégré au R-Link, le système appelé Multi-Sense, permet de piloter de nombreux éléments de l'Espace, du plus futile, jusqu'au plus technique.
En effet, il est possible grâce à lui de configurer le 4Control (4 roues directrices) dont bénéficie l'Espace, les suspensions pilotée, la réponse et la sonorité du moteur, l'ambiance visuelle du tableau de bord, mais aussi la réactivité de la boite à double embrayage, etc...
Quatre modes pré-programmés sont proposés (Eco, Confort, Neutre et Sport) en fonction du type de conduite souhaitée, auxquels s'ajoute un mode librement paramétrable.

Si du temps de la Laguna 2, Renault avait innové en matière d'électronique, il était depuis resté plutôt en retrait suite à quelques déboires en terme de fiabilité. Cet Espace se remet clairement à niveau même s'il ne se montre pas novateur dans le domaine.

On retrouve ainsi notamment le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage actif d'urgence, l'alerte de franchissement de ligne, l'alerte de distance de sécurité, la reconnaissance des panneaux, l'avertisseur d'angle mort, l'affichage tête haute, et enfin, le système de stationnement assisté qui prend la main sur la direction.

Trois "petits" moteurs 1.6, essence et Diesel

L'Espace est un gros véhicule, qui accuse donc un certain poids sur la balance, l'obligeant à disposer de moteurs puissants, jusqu'à présent, des blocs de 2l de cylindrée. Dès lors, en France, le malus débile passant par là, l'Espace se révélait inaccessible financièrement parlant.

Pour limiter ce phénomène, la nouvelle génération s'est sensiblement allégée, en perdant 13 % de sa masse vs l'Espace 4 long, soit une baisse de 250 kg ! En prime, avec son Cx et Scx qui sont respectivement de 0,30 et 0,845, sa trainée aérodynamique a été profondément optimisée.

Trois moteurs sont proposés en France. Exit les deux gros moteurs V6 qui ont pu faire le bonheur des clients, désormais, on n'a le droit qu'à deux moteurs 1,6 dCi en version 130ch et Twin Turbo 160 ch, ainsi qu'en essence, le TCe 200.

Le premier bloc développant 130ch et 320 Nm de couple est déjà bien connu dans la gamme Renault, notamment sous le capot du Scénic. Le second est une évolution du premier, disposant d'un second turbo à faible inertie, permettant de gagner en puissance (+30ch) et en couple (380 Nm) notamment en bas régimes.

Enfin, le bloc essence n'est ni plus ni moins que celui de la Clio R.S dans une version légèrement différente pour coller au caractère de l'Espace, développant 200 ch pour 260 Nm de couple. Si les deux blocs Diesel sont associés à la boite EDC a double embrayage à 6 rapports, le bloc essence est proposé avec une version inédite à 7 rapports « courts » pour plus de plaisir de conduite.

Proposé en finition Life, Zen, Intens et bien sur Initiale Paris, les prix seront communiqués quelques semaines avant la commercialisation effective qui est prévue pour le printemps prochain.



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |