France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
La DGCCRF enfonce Volkswagen, et innocente Renault

La DGCCRF enfonce Volkswagen, et innocente Renault

La Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a rendu les premières conclusions de son enquête sur les constructeurs automobiles dont Volkswagen et Renault.


Suite à l'affaire Volkswagen aux USA, l’État français a demandé une enquête (qui se poursuit) sur les véhicules vendus en France, et ce, sur de nombreux modèles de nombreuses marques. A ce titre, la DGCCRF a mené des investigations ces derniers mois, se rendant notamment au siège de Renault et saisissant certains biens comme des ordinateurs en janvier dernier, chose que la bourse, toujours frileuse et anticipant sans aucun fondement une potentielle crise, avait très mal accueillie provoquant une forte chute de l'action Renault.

Volkswagen jugé coupable… sans surprise


Le résultat est sans appel. La DGCCRF confirme la tromperie avérée des véhicules du groupe Allemand (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda,…) commercialisés en France, et reconnaît une fraude clairement intentionnelle :
« Il y avait manifestement dans le logiciel qui pilote les véhicules des morceaux  [de code informatique] qui pouvaient fausser les résultats lors des contrôles des émissions atmosphériques » a indiqué Nathalie Homobono, la directrice générale de la DGCCRF

Pour les autres, l'enquete se poursuit

Le groupe VAG n'était bien sur pas le seul dans l'oeil du cyclone. 13 autres constructeurs font en effet l'objet d'une enquête qui se poursuit actuellement.

Le nom de Renault était d'ailleurs ressorti, même si pour ce dernier, le constructeur lui-même avait commencé le rappel depuis le mois de septembre d'environ 15 000 véhicules suite à une mauvaise programmation du système anti-pollution de quelques exemplaires d'un seul moteur (dCi K9K monté sur le Captur). Si on peut penser que sans l'affaire VAG, ce rappel n'aurait peut-être pas eu lieu, il ne s'agit bien malgré tout à la vue des premières conclusions, que d'une simple mesure corrective, touchant un nombre très restreint de modèles.

L'enquête n'est pas terminée, mais actuellement « à ce stade, nous n'avons pas mis en évidence la présence de morceaux destinés à tromper les résultats des mesures atmosphériques. À ce stade, il n'y a donc pas de présomption de fraude comparable à ce qui existe sur Volkswagen », a-t-elle indiqué.



Les 25 dernières actualités liées:
 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |