France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
R5 Turbo

R5 Turbo

Funambule des rallyes, virtuose des circuits, la Renault 5 Turbo reste plus de 20 ans après son apparition un véhicule hors du commun. Son pedigree : une propulsion athlétique, première voiture française à essence équipée d'un turbo-compresseur.


Une idée... Une volonté
Plus que le résultat probant d'une démonstration technique, la Renault 5 Turbo est l'achèvement d'une aventure humaine. L'idée germe en 1976 dans les têtes de Jean Terramorsi, sous-directeur à la direction du produit et en charge des petites séries, et de Henry Lherm, son adjoint. Leur ambition : créer une extrapolation musclée car dotée d'un turbo-compresseur de la célèbre Renault 5, best-seller de la gamme et produite à 2 400 exemplaires par jour. Le numéro du projet : 822. Durée de sa gestation : quatre ans. La direction générale donne son aval, convaincue de l'intérêt de donner une héritière aux Renault 8 Gordini et Berlinette Alpine.

Le cahier des charges

R5 Turbo

R5 Turbo de 1979

Le projet survit à Jean Terramorsi, disparu au cours de l'année 1976. Les ingénieurs de Renault Sport s'attellent à développer le moteur turbo, alors que le style est confié à la société Alpine Renault. Le cahier des charges est précis. Il stipule que la Renault 5 Turbo doit être "un véhicule puissant, maniable, doté d'une très bonne tenue de route, capable de s'illustrer en compétition moyennant un nombre limité de modifications". Autres impératifs : moteur 1,4 litre turbocompressé, boîte 5 vitesses, poids maximum de 950 kg, confort appréciable, niveau sonore maîtrisé et une allure générale proche de le Renault 5. L'enjeu est en outre de concevoir une voiture de compétition dont sera dérivée une voiture de petite série destinée au grand public. Une première.

Premiers tours de roues

9 mars 1978 : en pleine nuit, alors qu'une vingtaine de personnes sont réunies sur un circuit du côté d'Arques-la-Bataille, près de Dieppe (France), un feulement se fait entendre. Celui du premier prototype de la Renault 5 Turbo, qui, d'emblée, fait preuve d'un bon équilibre. Gérard Larrousse, directeur de Renault Sport, et Michel Tétu, ingénieur pluridisciplinaire et père technique de la Renault 5 Turbo.
Les mises au point technique s'affinent. L'aluminium fait son apparition pour les portières et le hayon. La société Garrett est choisie pour fournir le turbo.

Présentation à Paris et première victoire
 



Le grand public la découvre lors du salon de l'automobile de Paris 1978. Il est séduit par l'allure ramassée et tonique du bolide, ses ailes à l'énergique embonpoint, son aménagement intérieur inédit. Mais la Renault 5 Turbo est tout sauf une voiture de salon. Elle préfère l'asphalte ou la terre des rallyes, ses terrains de prédilection. Ses débuts en compétition ont pour cadre le Tour d'Italie 1979. Après un Tour de Corse 1980 où la petite bombe, dans les mains de Jean Ragnotti, se montre intraitable mais est victime d'une défaillance mécanique, elle s'impose au rallye de Monte-Carlo 1981. Dès sa quatrième sortie en compétition.

Une étonnante machine à gagner

La saison suivante voit la voiture pilotée par Jean Ragnotti s'imposer au Tour de Corse. Mais la priorité absolue est donnée à l'engagement de Renault en Formule 1. Effet immédiat : la R5 Turbo ne participera pas au championnat du monde. Une structure légère et autonome est toutefois créée pour prolonger l'aventure et assurer les championnats nationaux des différentes filiales. Un service Compétition clients est lancé qui commercialisera sur cinq modèles différents plus de 350 voitures de course auprès de pilotes professionnels ou amateurs. La R5 Turbo enrichit son palmarès international entre 1981 et 1986. Avec, à son volant, des pilotes alors inconnus mais qui n'allaient pas tarder à se mettre en évidence : Carlos Sainz, Didier Auriol, Bruno Saby, François Chatriot, Dany Snobeck...

De la compétition à la commercialisation
 



La chaîne de fabrication des Renault 5 Turbo, trait d'union entre la compétition et la route, est lancée le 20 mai 1980 dans l'usine Alpine de Dieppe. 802 modèles, dans une livrée rouge ou bleue, seront fabriqués cette année-là, 536 l'année suivante, 352 deux ans plus tard.

La coupe d'Europe

5 avril 1981 : lancement sur le circuit d'Hockenheim (Allemagne) de la coupe Renault 5 Turbo, qui compte pour sa première saison douze épreuves sur les plus célèbres circuits européens, en lever de rideau des Grand Prix de Formule 1 et des 24 Heures du Mans. Autant de sorties qui forgeront la notoriété de cette ambassadrice de charme et de fureur à travers l'Europe. Et conforteront ses pères fondateurs dans leur choix de s'être engagés dans une exceptionnelle odyssée humaine et technologique.
 



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |