France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Clio RS Jean ragnotti

Clio RS Jean ragnotti

Avec cette nouvelle version, Renault Sport fait mieux que redonner du caractère à la Clio 2.0 RS. C'est un ménage en profondeur avec au programme un régime minceur et un châssis modifié.


La nouvelle Clio RS "Jean Ragnotti" est fabriquée à Dieppe dans l'ancienne usine Alpine. Là-bas, les ouvriers donneront naissance aux seuls 300 exemplaires qui seront commercialisés en France sur une production totale prévue à 2500-3000 rejetons.

Evidemment face au cas de la "RS JR", on ne peut s'empêcher de penser à la Williams qui, au départ, ne devait être produite qu’à 2500 exemplaires et qui, devant l’engouement suscité, a finalement été construite en plusieurs séries. Au départ, elle devait s’appeler Clio RS Light, étant moins lourde que la version de base.

Mais finalement il a été décidé de l’appeler Jean Ragnotti, en référence au célèbre pilote resté fidèle à la marque au losange depuis la R8 Gordini ! Maintes fois vainqueur en championnat du monde des rallyes et notamment au volant de la mythique R5 Turbo, Ragnotti est aujourd’hui à la communication au sein de Renault. Sa bonhomie et son coup de volant ont fait de lui une figure emblématique du sport automobile national et international. C’est sans doute pour cette raison que le constructeur au losange lui a dédié sa nouvelle bombe. Car la nouvelle RS n’a pas envie d’être prise pour la voiture de monsieur «tout le monde».

Par son look personnalisé, elle se démarque de la RS "normale". Livrée uniquement dans un flamboyant Bleu "Mondial", la JR adopte des jantes Speedline Turini de 16" plus légères et adopte des voies de largeur accrue (+20mm devant, +10mm derrière).

La caisse est aussi légèrement abaissée de 3mm, ce qui se remarque à peine mais participe tout de même à l'aspect dynamique de la voiture. Pour l'aérodynamique, le bouclier avant inaugure une petite lèvre (ou lame si vous préférez...) dans sa partie basse.

A part cela, les plus observateurs constateront que l'essuie-glace arrière a disparu... et oui, cela fait partie de la cure slimfast ! La vocation sportive de la RS Ragnotti est affichée dans l'habitacle par la sellerie en tissu Mossa, le pédalier alu perforé, les contours de manomètres bleus façon alu anodisé et un rappel de couleur sur les baguettes qui ornent la planche de bord. Enfin, la boîte à gants se pare d'un badge portant la griffe du maître. L'ensemble intérieur/extérieur reste donc très sobre et de bon goût en évitant d'avoir recours à des accessoires parfois aussi tape-à-l'oeil qu'inutiles.

Moteur
La mécanique n'a subit aucune modification, excepté la disparition du cache insonorisant en plastique. Pour une question de budget, Renault a donc préféré gagner du poids sur la voiture pour élever le niveau de performances.

Le résultat est sensible à la conduite puisque la mécanique semble plus libérée. Le fait qu'on l'entende fonctionner plus bruyamment participe aussi à cette sensation ! On redécouvre un peu les qualités de ce moteur grâce à l'allégement général. Il en ressort principalement une souplesse accrue lors des évolutions à faible vitesse.

Nerveux et toujours aussi explosif entre 4000tr/mn et 7500 tr/mn, le 2.0 de la Clio RS JR continue plus que jamais à convaincre les amateurs de mécaniques de caractère. Comme bonus, la JR se montre plus sobre d'un bon 1/2 litre aux 100 Km et établit une moyenne (presque de chameau) à 8,3 L/100 Km !

Enfin pour enfoncer le clou côté rapport performances/prix de revient, la RS JR est garantie 2 ans et se contente de visites à l'atelier tous les 30000 Km. Alors, elle est pas belle la vie en bleu ?

La boîte de vitesse à 5 rapports est reconduite intégralement. L'étagement est bien adapté, la 5ème tire juste un peu court mais c'est bon pour les reprises. Son maniement ne manque pas de précision ni de fermeté.

En ce qui concerne les performances, la Clio RS JR pourrait décevoir. Elle n'accuse certes que 80 kilos de moins que sa soeur jumelle mais nous aurions espéré que cela se traduise par un gain plus flagrant au chronomètre. La vitesse maxi ne progresse pas et les accélérations ne s'améliorent qu'à coup de dixièmes de secondes. 0 à 100 km/h en 6"7, 400m D.a en 14"8, 1000m D.a en 27"5 contre respectivement 7"5, 15"1, 28"3 pour la RS.

En reprises même constat, de 80-120 km/h en 4ème 6"64 (contre 7s1) et 9"73 (contre 10"43) en 5ème. Ces chronos sont proches de ceux de la phase 1. Trop exigeants sans doute, nous jouons sur les nuances car ces valeurs sont excellentes pour une simple petite citadine à traction avant...

Tenue de route
Equipée de trains roulants modifiés, la nouvelle Clio sportive a également abaissé son centre de gravité de 3 mm. Les voies élargies et les jantes à déport plus important chaussées de pneus spécifiques à carcasse rigidifiée (Continental ContiSportContact 1) augmentent l'empreinte au sol. Les ressorts plus courts combinés aux amortisseurs tarés plus fermement participent aussi à l'effort d'amélioration. Précise, la direction reprend le schéma déjà largement éprouvé de l'assistance hydraulique.

Au volant les progrès sont manifestes, la voiture s'extrait des courbes serrées avec beaucoup plus de rigueur qu'auparavant. Mais les remontées de couple induisent cependant des phénomènes parasites dans la direction qui semble plus sensible et directe qu'auparavant bien que sa démultiplication reste inchangée. Ces modifications confèrent à la Clio RS JR une tenue de route quasi irréprochable sur bons revêtements mais imposent aussi de tenir plus fermement le guidon quand la route se dégrade. La RS JR menée à bon rythme ne pardonne aucun manque de concentration. C'est un peu la RS "des pros", ce qui paraît normal avec un nom pareil ! Aller vite c'est bien (encore que...), freiner à temps c'est mieux.

Aussi la RS JR qui délaisse la centrale ABS avec amplificateur et l'ESP n'est peut-être pas à mettre entre toutes les mains. A son volant, les pilotes en herbe pourraient apprendre à leurs dépends que la conduite sportive ne s'improvise pas comme dans un jeu vidéo. Pour les utilisateurs expérimentés, la puissance, l'endurance et le toucher de pédale ne poseront aucun problème mais votre sécurité et la survie de votre bijou pourraient pâtir de l'absence de ces équipements. Prudence et raison s'imposent donc à bord de la RS JR...

Confort-Equipement

Plutôt radine, la Clio Ragnotti vous laisse tout de même les vitres électriques et le lecteur CD. La peinture métal, c'est cadeau. En revanche, adieu surtapis, phares au Xénon, climatisation, roue de secours, pare-brise athermique et acoustique, la JR n'est pas une citadine bourgeoise pour les beaux gosses des quartiers huppés ! Son terrain, c'est la conduite, sportive et virile, pour ne pas dire fatiguante.

Plus regrettable, la disparition des airbags latéraux réduit la sécurité passive. Les sièges avant offrent un bon maintien mais nous regrettons tout de même un volant pas assez droit et non réglable en profondeur, empêchant une meilleure prise en main du bolide. Accessoirement, la banquette arrière perd sa fonction fractionnable 1/3-2/3 et sa place centrale par la suppression de la troisième ceinture. Légèrement plus bruyante, amaigrissement oblige, la RS Jean Ragnotti se veut sans doute «volontairement inconfortable».

Elle n'est pas la voiture de monsieur “tout le monde” et le fait savoir ! Sur autoroute le tableau n'est pas idyllique. Les voyages au long cours ne sont franchement pas sa tasse de thé. Les bruits d'air très présents s'ajoutent à ceux d'un moteur très sonore pour vous dissuader de dépasser trop impunément les limitations de vitesse... Bref, une voiture à déconseiller aux gros rouleurs !

Conclusion Proposée à "seulement" 19500 euros, ce petit bijou fraîchement sorti de l’usine dieppoise devrait faire des heureux; 300 environ pour la France. La nouvelle bombinette de l'ex-Régie aura donc ainsi le privilège de rejoindre la Williams au rang des autos devenues des "collector" dès leur sortie !

Vive, racée, plaisante, ce troisième épisode sportif de la Clio II arrive agréablement au moment où les GTI deviennent des "GTE" (E pour Embourgeoisées). Un retour aux source rafraîchissant mais malheureusement limité à une poignée de propriétaires...

Fiche Technique

19 500 Euros (01/02/03) 10 CV FISCAUX
Moteur Type: 4 cylindres en ligne, 4 Soupapes par cylindre
Alimentation: Gestion électronique intégrale
Cylindrée (cm3): 1 998
Alésage x course (mm): 82,7 x 93
Puissance maxi (ch à tr/min): 172 à 6 250
Couple maxi (mkg à tr/min): 20,4 à 5 400
Transmission Type: Traction AV, BVM 5 Rapports
Châssis Freins (mm): Disques ventilés AV (280), pleins AR (238)
Direction: Crémaillère, assistée (2,8 tours de volant)
Diamètre de braquage (m): 10,75
Pneumatiques: 195/45 VR 16 Continental Contisportcontact
Poids (kg): 1 021
Rapport poids/puissance (kg/ch): 5,94
Performances Vitesse maxi (km/h): 217 De 0 à 100 km/h (s): 6,8 De 0 à 1000 m (s): 27,5 Consommation Urbaine / Extra U. / Mixte (l/100 km): 11,2 / 6,3 / 8,1



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |