France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Accueil > 
Par Loic FERRIERE le 18/10/2009
 

Cet article/brève a été placé en archive le 10/05/2012 . Il n'est donc plus d'actualité.

Mégane III R.S

Mégane III R.S

Après des modèles emblématiques tels que les R8 Gordini, R5 GT Turbo, Clio Williams, le Spider ou très récemment les Mégane RS R26 et R26R, voici la digne héritière de ces deux dernières, la Mégane III R.S. Les prix commencent à 28 900 euros.


Réservé pour les passionnés, ce type de modèle ne se voit pas à tous les coins de rue, surtout en France, dans un pays où l’on fait la répression de la puissance, de la vitesse, et de la voiture en général, la faute au leitmotiv de l’écologie, un sujet par ailleurs fort important, mais dont la cause est concentrée sur un seul sujet : l’automobile.

Qu'à cela ne tienne, et malgré ce lourd boulet à trainer sur son marché local, Renault continu, plus que jamais même, le développement d'une véritable gamme autour du sport auto. Il faut dire aussi qu’avec les 21 000 unités de Mégane II RS vendues dans une trentaine de pays depuis son lancement en 2004, la demande est bien là.
 


Sur le marché local notamment, la Mégane II s’est fort logiquement imposée en leader, du fait d’un fabuleux châssis (version Cup), allié à des performances de premier rang, en proposant à contrario de ses concurrents, non pas d'avoir une politique de chiffre en proposant des puissances presques indécentes pour une traction comme Ford a pu le faire avec la Focus RS, mais bien de proposer l'éfficacité de l'ensemble et un rapport poids/puissance remarquable, chose marquée par l'ultime Mégane II RS, la R26R, devenue la référence de sa catégorie, en s'adjugeant le record, du tour dans sa catégorie, chose toujours d'actualité, du circuit du Nurburging en Allemagne.

Cela a d’ailleurs valu à Renault de recevoir en 2007 et 2008, le titre de « sportive de l’année » par la bien connue revue « Echappement » pour les versions R26 et R26R. Idem en Angleterre, dans un pays très friand de ce genre d’auto, où le magazine Evo a décerné le titre de « car of the year » à la R26R.

Nouvelle R.S, nouvelle ligne
A la version Coupé déjà fort réussie, dont cette R.S dérive, Renault y a ajouté de nombreux petits appendices, qui raviront les futurs heureux possesseur du véhicule, dont un nouveau bouclier traversé par la fameuse lame "type F1" déjà présent sur la Clio III RS. Au passage, les jolies écopes sous les phares ont disparues, et resteront pour le moment réservées au Scénic court, et au Coupé.

La lame "type F1" est d’autant plus réussie, que l’option des feux de position à LED est choisie lors de la commande, puisque cela accentue d’autant plus son regard perçant. Voilà une option onéreuse pour ce qu’elle apporte en fonctionnalité, mais en terme de look, c’est indispensable !

La silhouette générale a bien sur été galbée, avec des ailes élargies qui peuvent accueillir d’imposantes jantes de 18" ou 19".



A l’arrière, la coupe du… Coupé a été reprise fort logiquement. Un diffuseur, un becquet, et la large sortie d’échappement centrale y a bien sur été ajoutée. Fort réussi, même si qu'une seule sortie n'est présente au contraire la Mégane II RS, l'échappement a fait l'objet d'un important travail, non pas pour être plus efficace, mais pour proposer une sonorité plus valorisante, car sur une sportive, le look compte autant que le son !
Même si le son produit ne devrait pas être si rageur que la Focus RS, cela promet !



Enfin, et même s’il ne s’agit que d’un détail, dans les couleurs aussi, il y a du changement, et pas dans le bon sens, puisque l’ancien superbe Jaune Sirius a été remplacé par un jaune… jaune, beaucoup moins clinquant et valorisant. Dommage.

La raison de ce changement est bien simple. L'application du Jaune Sirius demandait une finition importante, que seule l'usine Alpine de Dieppe sait, actuellement faire. La production ayant été délocalisée (ou plutôt relocalisée) en Espagne aux côté de la berline et du coupé, cette couleur ne sait plus, actuellement être réalisée, sans énorme surcoût.



Le client étant roi, et cette teinte étant regrettée des actuels clients, Renault étudierait actuellement la possibilité de la proposer. Non sans un important surcoût, si l'appareillage devait être déplacé en Espagne, ou plus probable, si les RS devait ensuite passer par Dieppe.
Mais en tout cas, une étude est en cours !

Un habitacle connu d'avance, mais avec des spécificités intéressantes
A bord, la planche de bord de la berline a été conservée pour des raisons de coût évident, même si Renault propose cette fois un équipement fort intéressant et inédit.

On est loin de l’esprit de la R26R, pour qui, seul le poids comptait, et dont le tableau de bord et l'équipement était totalement dépouillé. Là, on a le complet veston-smoking.
Ainsi, au niveau du confort, rien à voir avec la brute R26R, même si les suspensions ont sérieusement été raffermies par rapport à la berline, surtout sur la version CUP !

La position de conduite reste bien sur sportive, avec des sièges avant permettant une assise basse, et qui disposent de maintiens renforcés au niveau de l’assise et du dossier, et des réglages de confort en profondeur, en hauteur, et en lombaire. Les sièges en cuir sont chauffants et disposent de réglages électriques à mémorisation.

Pour les puristes, et en option seulement, les baquets Recaro, en tissus ou en cuir, sont disponibles.



Le volant offre lui aussi sa petite touche de sportivité puisqu’il est en cuir pleine fleur. Réglable en hauteur et en profondeur son dessin et les repose pouces intégrés permettent une préhension parfaite et une inscription dans la zone de maintien. Comme sur les autres RS, il dispose d’un repère jaune au "point 0", indicateur précieux après une succession de virages serrés ou sur une surface à basse adhérence, quand le pilote peut perdre ses repères spatiaux.

Pour compléter cette ambiance, le pédalier, et le repose-pied sont en aluminium, et la griffe Renault Sport est présente en divers endroits au sein de l’habitacle comme sur le bas de marche, les appuie-têtes, le fond de compte-tours et la baguette de planche de bord.

Au contraire de la berline et du coupé, les compteurs ne sont pas numériques, mais analogiques, pour plus de sportivité. Un indicateur lumineux de changement de rapports est associé à une alerte sonore, pour informer le conducteur de la présence proche du rupteur.



Parmi les équipements classiques de confort, on retrouve la climatisation automatique bi-zone, la carte mains libres avec condamnation à l'éloignement, le Carminat TomTom et carminat Bluetooh DVD, le système audio 3D Sound By Arkamys, la connectivité audio par prise RCA, le Plug & Music proposant des entrées USB et Jack (en option).

Trois modes d'aides électroniques
Tous les dispositifs d'aide au pilotage sont présents, mais sont déconnectables totalement ou partiellement. En effet, le Renault Sport Dynamic Management, un des équipements inédits, permet au conducteur de choisir son niveau de "dépendance" aux différentes aides, avec un mode ON (toutes les aides), un mode SPORT (ESP moins intrusif, cartographie pédale modifiée pour offrir une réponse plus rapide du moteur), et un mode OFF, pour désactiver totalement l'ESP.

Les habituels gadget électroniques sont également présents, le déclenchement automatique des feux et des essuie-glaces, le limiteur-régulateur de vitesse, le système de surveillance de la pression des pneus, et surtout le gadget primordial: le témoin de bouclage de ceinture... aux 5 places ! Il n'y a pas à dire, sans cette option, cette RS n'aurait pas été au niveau ! Et oui, aux crash tests, cela lui aurait empéchée d'avoir la note maximale !

Autre équipement totalement nouveau et inédit sur la Mégane, le RS Monitor est un outil permettant de recueillir les informations sur la conduite, et d'effectuer des optimisations de la cartographie pédale, grâce à 5 modes proposés.

Parmi les indicateurs, on trouve ainsi:
- Indicateurs de sollicitation des principaux organes moteurs comme la pression du turbo, température d'huile, sollicitation des freins,...
- Indicateurs de performances moteurs (couple, puissance)
- diagrammes GG: indication des accélérations latérales et longitudinales
- chronomètre, avec mémoire pour les temps réalisés
- performances du véhicule avec mémoire auto des meilleurs performances sur le 400m et le 0-100 km/h DA.

La personnalisation de la cartographie pédale est disponible dès que le mode SPORT est activé avec cinq possibilités, linéaire, normal, neige, sport, et extrême.

Deux châssis, deux philosophies
Une fois de plus, deux types de RS seront disponibles. L'une, avec le châssis Sport, permet de proposer un rapport confort/sport optimum, pour se faire plaisir tous les jours, tout en proposant un relatif confort.
La seconde version, avec le châssis Cup est réservée pour les puristes, ceux qui délaisseront les sièges cuirs, pour les bacquets Recaro par exemple.
 


Si les deux châssis sont équipés du train avant à pivot indépendant et d'un train arrière de type essieu souple à épure programmée, seul le second aura droit au différentiel à glissement limité déjà vu sur la Mégane R26 et R26R.

Le premier système, déjà présent depuis 2004 sur la Mégane II RS, permet, pour vulgariser, de proposer une excellente tenue de route, avec une motricité optimale. Pour la Mégane III RS, le système a encore été amélioré.




Le train avant à pivot indépendant

Le second, entièrement dédié à la motricité, permet de conserver un maximum de couple en toute occasion. Si une roue perd de l'adhérence, le couple qui serait perdu sur cette roue est alors passé à la seconde roue. Le système apporte également un gain notable en stabilité au freinage.


Différentiel à glissement limité
Le différentiel à glissement limité

Outre ce différenciel constituant un avantage non négligeable, le châssis CUP bénéficie de réglages spécifiques. Par rapport au châssis SPORT qui a déjà vu des optimisations visant à procurer plus de sensations au conducteur au détriment du confort, tout est ici poussé dans "l'extrême", avec une barre anti-devers redimensionnée à 24,2 mm, la raideur de la barre anti-roulis avant à 13%, de nouveaux amortisseurs, une raideur du train avant augmentée de 35%,... Clairement, la différence est bien marquée entre ces deux châssis.

Enfin, disponible sur les deux châssis, le dispositif "Power Start" permet à la voiture de délivrer le maximum de couple sans perte d'adhérence (pourvu que l'ESP soit activé), lors du démarrage... sur une ligne de départ ou à la sortie/entrée de péages des autoroutes par exemple.

Le F4RT RS poussé à 250ch
Que serait une sportive sans un grand châssis ? Rien. Que serait une sportive sans un bon moteur ? Pas grand chose !
Alors pour muer le tout, on retrouve une fois de plus le F4RT, revisité par Renault Sport.
Déjà présent sur l'ancienne génération, ainsi que dans la Clio RS, en mode atmosphérique, ce bien connu 4 cylindres de 2l de cylindrée est cette fois poussé à 250ch (à 5 500 tr/min) pour 340 Nm de couple à 3 000 tr/min, soit 25ch de plus que l'ancienne version.

Cette augmentation de puissance a été rendue possible grâce entre autres, à un nouveau turbo de type "Twin Scroll", l'adjonction d'un nouveau décaleur d'arbre à cames à l'admission, et une cartographie d'injection revue.

Plus de 25% des pièces ont été renouvelées, comme de nouveaux conduits d'admission, un attelage mobile renforcé pour les pistons et bielles, de nouveaux échangeurs air/air et eau/huile, un refroidissement des soupapes au sodium, etc...



Avec sa boîte bien connue PK4 à 6 rapports, le 0 à 100 km/h est atteint en 6"1 et le 1 000 m départ arrêté est conclu en 25"7.

Du côté de la consommation, et malgré des performances en hausse par rapport à la R26, cela reste très correct pour ce type de voiture, avec un 8,4l en cycle mixte, avec des émissions de C02 lmitées à 195 g/km.

Prix et équipement
Bonne surprise du côté des prix, puisque ceux-ci sont inférieurs à la précédente génération. Clairement, le fait qu'elle reste sur place en Espagne, et ne passe plus par Dieppe, dans la mythique usine Alpine y est pour quelque chose. Si l'âme disparait un peu, le prix s'en ressent.

Deux niveaux de finition sont disponibles, avec la finition R.S (finition normale), qui commence à 28 900 euros, et la finition R.S Luxe, qui est affichée à 32 500€. Pour ces deux versions, le châssis Cup est proposé, moyennant un coût de 1 600 euros.

Les deux finitions proposent une ambiance intérieure un peu triste, car très foncée, "carbone", avec les sièges Sport en tissu, le volant et pommeau de levier de vitesses en cuir, le bas de marche, le pédalier, et le repose pieds en aluminium. Heureusement, une option "Pack Jaune" est disponible moyennant 200 €.

Extérieurement, les rétroviseurs, le bandeau avant, la lame F1 et le diffuseur sont en noir brillant. Seule la version Luxe offre le choix (gratuit) de passer ces éléments en couleur "Gris Métal Froid".

Par défaut, des jantes en aluminium AX-L de 18" Chrome Satiné sont disponibles pour la R.S, et des jantes 18" Keza le sont pour la Luxe. En fonction du châssis, un autre type de jantes en 18" et en 19" est disponible.

Parmi l'équipement de série, on retrouve sur la version de base,  l'ABS avec AFU, l'aide au parking arrière, 6 airbags, l'allumage auto des feux, l'antidémarrage, la carte Renault (mais pas main libre), le tachymètre, la climatisation bi-zone régulée, le contrôle dynamique de trajectoire et d'anti-patinage (ESP+CSV+ASR), le lave-phares, les vitres électriques, une prise 12V à l'arrière, le RadioSat Bluetooth CD, MP3 avec bornier audio intégré en planche de bord, le régulateur/limiteur de vitesses, les rétroviseurs électriques et dégivrants, les vitres surteintées,...

La seconde version, la R.S Luxe, propose en plus de ces équipements des sièges Sport en cuir, la carte main libres, les projecteurs bi-Xénons directionnels+feux de jour à LED qui sont du meilleur effet, du RadioSat "3D Sound By Arkamys" permettant de proposer un excellent son, des rétroviseurs rabbatables electriquement, des sièges cuir, chauffants (à l'avant), et électrique (conducteur), et la surveillance de la pression des pneus.

Hormis la carte main libre, les projecteurs bi-Xénons, et les feux de jour à LED, la version "simple" R.S est largement suffisante, le reste étant du "gadget". Surtout que le "3D Sound By Arkamis" n'est pas utile, tant on préfèrera entendre le son des échappements et du moteur...

Pour les options, outre le châssis Cup disponible à 1 600 euros, on peut également opter pour le Pack Cup (R.S uniquement) comprenant le châssis Cup donc, ainsi que le DGL et les sièges baquets Reccaro) pour 2 600 euros tout de même !
Sur les deux versions le R.S Monitor est disponible moyennant 300 €, mais seulement si l'offre de navigation n'a été choisie. Dans le cas inverse, pas de RS Monitor !


Pour le circuit, le RS Monitor sera plus utile que le GPS...

Pour le design, le fameux Pack Ambiance Jaune est disponible pour 200 €, ce qui permettra de mettre un peu de piquant dans un habitacle un peu triste. Cela rend du meilleurs effet, puisque les ceintures de sécurité, les surpiqûres des panneaux de portes et du pommeau de levier de vitesses sont... jaunes, ainsi que la sellerie qui devient bi-ton. La peinture métallisée est disponible pour les deux versions pour 480 €, ainsi que deux autres types de jantes (18" ou 19") au design différent.

L'aide au parking avant n'est disponible que sur la version Luxe moyennnant 100 €. La carte main libre, de série sur la Luxe, est disponible pour 300 € sur la R.S, de même que les feux de jour à LED, pour 300 €.
Toujours pour la R.S de base, un pack RS Visibilité comprenant les projecteurs bi-xénons, feux de jour à LED, et rétroviseurs extérieurs rabattables est disponible moyennant la somme de 900 €.
Enfin, un toit en verre (fixe) est en option pour les deux versions pour 900 € également.

L'offre de navigation embarquée Carminat TomTom est proposée pour les deux modèles à 490 €, et le Carminat Bluetooth DVD + Radiosat 6CD est disponible pour.... 1 950 €, uniquement sur la Luxe.

Enfin, pour le côté pingre, le pré-équipement alarme est dispo pour 30 €, alors que la roue de secour... galette, vous coûtera 70 €.

Au final, cette nouvelle mouture paraît bien née, et devrait faire parler d'elle. On pourra apprécier l'offre produit avec deux types de châssis, le RS Monitor, le look en général, et un comportement exemplaire, fidèle à sa réputation.

Mais, on ne peut s'empécher de regretter l'absence du Jaune Sirius au catalogue, et surtout, la perte de l'âme Alpine, puisque au contraire de sa devancière, la R.S (ne pas oublier le point, même si cela restera toujours une RS) n'est plus assemblée dans la mythique usine Alpine de Dieppe, mais... à Palencia en Espagne. Dommage, surtout quand ces deux défaut sont étroitements liés.

Et puis pour terminer, on attend tous la future version 275 ch... en version "R26R" et.... Jaune Sirius ? Mais pour cela, et même si on sait que la version 275 ch. est à l'étude, on risque de devoir attendre longtemps. Autant que la R26R ?

 



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |