France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Clio 4 dCi 90 et TCe 90

Clio 4 dCi 90 et TCe 90

La tant attendue Clio 4 fait désormais partie de notre paysage automobile et commence déjà à faire tourner les têtes dans les rues, ce qui est plutôt rare pour une citadine. Au contraire de la précédente génération, impossible de rater la Clio 4.


Clairement, et on l'a bien compris avec les différents messages publicitaires (au demeurant « barbants » comme pas possible), la Clio 4 a véritablement été axée sur le design. L'équipe présente lors de ces essais en Toscane nous l'a bien confirmé: elle a eu carte blanche ou presque pour renouveller ce modèle phare de la gamme Renault.

Et à la vue de cette Clio 4, clairement cela se ressent. D'allure plus sportive, plus dynamique, elle propose à la fois un mélange de style germanique qui indique -pas toujours à raison- la robustesse, et l'élégance latine, avec une face avant très expressive malgré une ligne générale assez douce composée de nombreuses courbes douces. Plus basse, à peine plus large, pratiquement aussi longue, la Clio 4 paraît cependant mieux posée sur ses roues, plus sure d'elle.

Clio 4


Les différents artifices de style participent activement à promulguer à cette nouvelle Clio 4 une ligne à la fois racée, douce et raffinée.
De l'extérieur, la Clio 4 paraît donc monter clairement en gamme, d'autant plus que Renault insiste sur les possibilités de "personnalisations".

Un habitacle plutôt bien fini, mais qui laisse sur sa faim
Dans l'habitacle, la planche de bord propose un design intéressant, avec une bonne lisibilité, et une réelle facilité d'utilisation. Encore une fois, Renault nous gratifie d'une planche de bord sans profusion de boutons dans tous les sens comme on le voit assez souvent chez certains concurrents.

Il faut dire aussi qu'avec le système MediaNav, ou R-Link, tout est pilotable via la tablette tactile intégrée. De sorte, il ne reste pratiquement plus que les commandes de climatisation à devoir manipuler.

Si la personnalisation de l'habitacle est très intéressante notamment sur la partie haute de la planche de bord que l'on peut coordonner avec l'extérieur, on reste malgré tout clairement sur notre faim sur les plastiques utilisés sur la partie basse du tableau de bord, mais aussi et surtout sur les contreportes. Si concernant la partie basse on n'est pas surpris, concernant les contreportes... la pilule passe mal.

Avec un prix d'appel de 13.500 €, on aurait vraiment aimé avoir du mieux sur ces éléments, tant on est amené à les manipuler souvent... C'est d'autant plus dommage que c'est aussi le dernier élements que l'on touche quand on sort de la voiture, tel une conclusion. Quand on connait l'importance d'une introduction et d'une conclusion...


Globalement, les ajustements restent satisfaisant, non sans quelques petites fausses notes, comme l'ajustement de la personnalisation du bas du volant (en plastique) qui « gratte » quelque peu lorsque l'on passe ses pouces derrière le volant. L'ouverture de la boite à gant (bien trop petite), qui fait trop « cheap », tout comme l'accoudoir centrale qui ne paraît pas spécialement très solide ne sont pas non plus flatteurs. Ces petits defauts font quelque peu tâche tant tout le reste est très intéressant.

La tablette tactile MediaNav en attendant le R-Link
Renault a beaucoup communiqué sur sa tablette R-Link (qui fera l'objet d'un prochain article), mais pour le moment, seul le MediaNav est disponible... Dommage, mais il faudra encore attendre 3 mois pour enfin pouvoir essayer en conditions réelles la tablette « révolutionnaire » connectée.
Le MediaNav est donc composé d'un écran 7'' (18 cm) , bien lisible, et dont l'aspect tactile fonctionne parfaitement, et de façon fluide. Il propose la navigation, la pilotage du système audio, la téléphonie,et quelques autres fonctions.

Intéressant sur le papier, le MediaNav souffre cependant de quelques défauts logiciels comme une navigation pas très précise, avec un certain décallage entre la position réelle sur la route, et la position reconnue sur le GPS. Ce petit manque de précision peut poser quelques problèmes sur une axe routier qui se sépare en trois, ou sur des sorties multiples sur un sens giratoire. Arrivé à la 3ème sortie, le GPS nous croit « encore » à la seconde.
Il faut donc un certain temps de prise en main, pour connaître les réactions du GPS et les anticiper.

On sent ainsi clairement, que le GPS proposé est plutôt de la génération précédente... Rien à voir avec le TomTom qui équipera le R-Link ou que Renault propose déjà dans sa gamme, réputé pour être l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur.

Autre défaut constaté, en cas d'appel téléphonique, la navigation GPS se coupe. Etrange... Cela ressemble fort aux premiers IPhone qui étaient incapables d'effectuer deux tâches simultanées... Un comble !

Malgré ces défauts, l'utilisation du MediaNav est un véritable jeux d'enfant, avec des menus simples et bien lisibles.

Accouplé au MediaNav (ou R-Link), le système audio Bose Bass Reflex de la Clio 4 est vraiment très bon, avec des basses qui ne saturent pas quand on augmente le volume, et des aigus et médium très respectables.

Bass Reflex

De nouveaux moteurs
Le retour des moteurs essence sur les petits modèles est bien là. Ainsi, Renault propose en « fer de lance » son tout petit 900 cm3 comme au bon vieux temps des R4... Sauf que ce tout petit 900 cm3 développe tout de même 90ch à 5 250 tr/min ! Dôté d'un turbo et de 3 cylindres mais sans injection directe, ce moteur est une première chez Renault, et fait partie de la gamme « Tce Modulaire ».
Grâce à une superbe sonorité quand on part dans les tours, il offre un agrément de conduite très intéressant, même s'il s'ssoufle fort logiquement à haut régime, et qu'il est un peu creux, comme tout moteur essence, à bas régime. Dôté un couple de 135 Nm, 90% de celui-ci est disponible dès 1 650 tr/min ce qui est tout de même pas si mal !

TCe 90

Avec le super châssis de la Clio, on se surprend même à vouloir jouer un peu, surtout vu sa sonorité ! Mais attention car dans ce cas, comme tous les petits moteurs, la consommation raisonnable en usage normal (aux alentours de 5l), peut vite grimper. Et surtout, la mécanique n'étant pas du tout prévue pour cela, l'agrément de conduite ne sera pas au rendez-vous.
A l'arrêt, ce petit TCe a une petite tendance à provoquer quelques vibrations, mais en conduite normale, nada ! Et quel silence ! On se croit vraiment dans une voiture de catégorie supérieure, ce qui est vraiment très appréciable.

Du côté Diesel, dans un premier temps, seul le dCi 90 sera proposé. Ce moteur (K9K) déjà bien connu chez Renault, était arrivé en 2001 sur la Clio 2 restylée. Mais au fil des ans, il a beaucoup évolué, en proposant de nombreuses technologies destinées à réduire la consommation.
Ainsi, donné pour 3.2 l, on peut raisonnablement tabler sur une consommation réelle de 4/4,3l sans vouloir à tout prix économiser du carburant. Alors en prêtant attention à ne pas trop tirer sur la mécanique, ou en limitant l'utilisation de la climatisation, il est aisé de descendre en deça.

En comparaison du Tce 90, ce dCi 90 apparaît bien plus bruyant, avec un son bien moins flatteur. Mais en réalité, le bruit du moteur est bien filtré pour une citadine, tant et si bien que l'on peut facilement l'oublier, surtout à vitesse constante. Et même en le faisant gronder, la consommation saura rester sage puisque sur de petites route valonnées, nous n'avons pas vraiment réussi à aller au delà de 6L/100. Et pourtant, on n'a pas ménagé nos efforts !

Comme toute auto moderne, la Clio 4 accorde donc une grande importance à la consommation. Ainsi, on retrouve en série le Stop&Start qui sait se montrer à la fois discret et rapide, un fonction « eco » qui permet de réduire encore un peu la consommation via différentes solutions (réduction du couple,...), un système de récupération d'énergie au freinage,...

Un châssis imperturbable
Sur nos deux modèles, mais surtout sur la version TCe 90, nous avons été quelque peu frustrés de ne pas pouvoir tirer plus du moteur. Mais c'est surtout parce que l'on se dit que le châssis peut encaisser bien plus, et que l'on aimerait le pousser d'avantage dans ses retranchements, la qualité de l'un faisant le défaut de l'autre.


Ainsi, sur les routes sinueuses, impossible de prendre en défaut la Clio 4 et son châssis repris de la précédente génération.
Par rapport à cette dernière, malheureusement comme de coutume désormais, Renault a rigidifié les suspensions, au détriment du confort, afin de germaniser encore un peu plus la voiture. Nous demandant quand aller arrêter cette mode « teutonne » en dépit du « confort à la française », on nous a répondu, que cela pourrait dans les années à venir s'estomper, voire revenir en arrière.

Espérons, car même si le dynamisme y gagne, le confort sur des routes en mauvais états, ou pavées, lui y perd !

Car on peut le dire, la Clio a perdu en confort par rapport à sa devancière, elle même déjà plus ferme que la précédente, et ainsi de suite. Sur des routes en mauvais état, même si la chaussée reste bien filtrée, ça claque quand même pas mal... La sellerie plutôt dure de notre version Tce n'a pas non plus aidée, alors celle de la version dCi nous a parue plus « molle ».

A ce comportement clairement accès sur le dynamisme, et donc la sécurité, on trouve une direction trop légère sur la version Tce, mais presque parfaite sur la version dCi, du fait d'un moteur bien plus gros, et donc bien plus lourd sur le train avant.

Malgré la présence de freins à tambours à l'arrière (comme toutes ses concurrentes modernes d'ailleurs) suite aux progrès effectués par les équipementiers dans ce domaine, la Clio 4 freine vraiment très court.

Enfin, on note encore des bruits de roulement trop présents dans l'habitacle, ce qui est malheureusement une rengaine habituelle de nos autos modernes. Forcément, avec des moteurs de plus en plus discrets, de nouveaux bruits « apparaissent ». Cela reste malgré tout limité, mais tout de même !
Fort heureusement, l'excellent système audio vient combler ce petit défaut.

En conclusion de cet essai, la Clio apparaît donc bien née. Très beau design, bons moteurs, équipement intéressant, multimédia omniprésent, personnalisation, comportement routier,...

Cependant, la Clio 4 ne se montre pas supérieure dans tous les domaines face à la Clio 3. Prix en hausse, qualité des plastiques, confort, et -style oblige- vision arrière en retrait, sont les principaux domaines sur lesquels la Clio 4 perds des points par rapport à sa devancière. Malgré tout, cette Clio 4 se montre vraiment très attachante, ce qui permet de vit oublier ses quelques petits défauts.



 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées


Code




Imprimeur |