France GB Germany Italy Spain Romania
Planète Renault Planète Renault Planète Renault Planète Renault
Laguna Coupé

Laguna Coupé

Enfin un vrai coupé de rêve comme on l’attendait depuis la disparition de la Fuego au milieu des années 1980 ! Cette nouvelle Laguna Coupé est bien là, malgré la crise automobile, et nous l’avons essayé pour vous aux journées « Formation Mégane 3 ».

Réservez ici l'essai de votre future voiture

A. Théorie :


Par Romain Orry.

     Bien que la journée fut essentiellement consacrée à Mégane berline et Mégane Coupé, nous avons commencé la journée par une formation Nouvelle Laguna Coupé.



     Des lignes sculptées sans être agressives, deux sorties d’échappement qui soulignent la sportivité du véhicule, des voies avants et arrières assez larges augmentant la sensation de sécurité, Laguna coupé veut jouer dans la cour des grands ! Et elle a de nombreux atouts pour y parvenir dont le fameux 4Control, unique dans sa catégorie et sur le marché. Selon plusieurs témoignages, on retrouve ici beaucoup de la berline Laguna qui emprunte ses motorisations. Certains pourront donc être déçus. Ils devront donc se contenter d’un design aguicheur en attendant les nouvelles motorisations.
     On retrouve également de nombreux codes génétiques qui font les grands coupés. En effet, ne trouvez-vous pas que l’arrière fait penser à une Aston Martin ? C’est plutôt flatteur, n’est-ce pas ? Pourquoi ne pas en retrouver une dans le prochain James Bond ?
    
     
     Mais si elle ressemble avant tout à une Anglaise, c’est du côté français qu’il faudra aller chercher sa principale rivale : la 407 Coupé qui, le temps d’une comparaison sous un chapiteau, lui fera face. C’est au bon moment que la firme de Billancourt a décidé de lancer son Coupé sur le marché puisque les ventes du Coupé 407 sont en perte de vitesse et vont continuer à chuter dans les mois qui viennent. Le public n’a pas été conquit tant la finition est mauvaise (notamment au niveau des rétroviseurs), les portes sont lourdes, grincent à chaque ouverture et tant la voiture est longue ! Je tiens tout de même à souligner, pour ne pas que l’on m’accuse d’être un anti-Peugeot, que cette 407 est une excellente voiture et que le Lion, féroce concurrent, se trouve à la hauteur du Losange. Laguna Coupé espère donc reconquérir cette clientèle mécontente avec un véhicule que le client achètera, avant tout, pour se donner du plaisir tant la ligne est réussie.



     Et pour ceux qui se demandent pourquoi elle ne possède pas d’antibrouillards, c’est parce qu’elle est équipée de feux bi-xénon de série contrairement à la berline. En effet, le faisceau des xénons est suffisant par temps de brouillard contrairement aux halogènes. Les proposer en options aurait alourdi inutilement la facture.
     On notera la batterie dans le coffre pour les versions V6.

B. Essais :

Par Justin Chaumet.

     Et voici les « essais route » de la Laguna Coupé et de ses concurrentes sur les petites routes de l’Essonne et de la Seine-et-Marne :

• Laguna Coupé GT 180 ch dCi :
     En montant je repère la boule du pommeau du changement de vitesse : une GT ! Je regarde le compte tours : dommage c’est la version dCi mais bon je ne vais pas me faire prier pour démarrer. Quel moteur ! Le coupé semble si léger, on enfile les virages avec une telle facilité et on en oublie les limitations de vitesse ! Je me suis même fais taper sur les doigts par un membre du staff pour une fois présent dans la voiture. Je me calme mais continue de profiter de cette voiture sortant vraiment de l’ordinaire. Voyager à l’arrière pour un grand est une réelle punition tellement c’est bas mais ce genre de véhicule n’est pas tellement fait pour transporter des personnes à l’arrière.

• Laguna Coupé V6 essence :
     Ce test a été fait en tant que passager. Mais il faut tout de même s’accrocher car sans être particulièrement sportif, le moteur permet de sacrés belles accélérations avec la mélodie qui va avec. On regrettera le passage obligé par la boîte automatique pour les V6 permettant une conduite tout en douceur mais retirant un peu de sportivité.



• BMW d320 :
     Première fois au volant d’une BMW (faut bien une première fois à tout), je me rends très vite compte que le qualificatif de motoriste pour BMW est vraiment mérité : cela pousse, c’est souple, c’est puissant et ça chante : que demander de plus ? Peut être une ligne plus démarquée de la berline car cela fait vraiment berline 3 portes mais surtout un intérieur digne de ce nom : bonjour la qualité des plastiques… Par contre la place à l’arrière est royale !

• Peugeot 407 Coupé HDi 136 ch :
     Tiens encore ce moteur, vraiment partout celui-là. Je m’interroge sur ses capacités à mouvoir ce coupé pas réputé pour sa légèreté. Bonne surprise il le fait sans difficulté et dans un confort certain nous voilà parti. On oublie la conduite sportive car ce n’est pas possible avec ce moteur mais on profite de sa douceur d’utilisation et de sa boite. On arrive à une zone pour faire demi-tours. Les deux Laguna le font avec facilité en un coup devant moi (avec et sans 4Control), je commence à le faire et doit me résilier à entamer une marche arrière devant les grands sourires des autres : le rayon de braquage est vraiment grand…

Photos : Justin Chaumet (Planète Renault).

 


 

 

Commentaires


Laissez votre commentaire

Commentez cet article. Pas besoin d'inscription, entrez simplement un pseudo et exprimez vous !
ATTENTION: Ceci n'est pas un forum !


(facultatif, ne sera pas affichée)
En renseignant votre email, vous recevrez une seule et unique alerte lorsque qu'une ou plusieurs réponses seront postées

Code